(09/19/14) Culture : Show Time Vacances permet à la jeunesse de réaliser ses rêves, de faire exploser ses talents

Feelingue Boy International (FBI) lors de la finale de Shwo Time Vacances 2014. Photo Momokana / www.sinotables.com

 

Son parti  politique c’est la jeunesse. Sa philosophie c’est  la discipline et l’épanouissement moral et intellectuel de ses « militants ». Ses moyens  sont sa volonté et les bonnes volontés.

DONFACK TSAGOU, plus connu sous le nom Feelingue Boy International (FBI) est en passe de jouer dans la cour des grands promoteurs culturels. Le savoir-faire il en a. L’expérience il en a. L’équipe il en a. Seuls les fonds peuvent lui manquer pour atteindre ses objectifs.

Ce bout d’homme est à la tête d’un concept événementiel qui secoue la ville de Dschang, et bien au-delà puisque des jeunes viennent déjà d’autres villes du Cameroun pour passer leurs vacances à Dschang dans le souci de prendre part à Show Time Vacances.

Show Time Vacances ! La deuxième édition avait été émaillée d’incidents provoqués par des acteurs politiques qui avaient mal appréciés que l’événement ait  pour parrain un de leur confrère appartenant à l’opposition. Heureusement cette bêtise des hommes a été prise en compte, et la 3ème édition de Show Time Vacances s’est  déroulée, du 1er juillet au 13 septembre, sans heurts et dans un cadre encore plus indiqué : le Colisée discothèque, Chez Sawa Disco.

Lisez notre entretien avec FBI, le promoteur de Show Time Vacances, un  événement qui est déjà inscrit dans les habitudes de la jeunesse scolaire et universitaire de la Menoua.

Comment présentez-vous ce concept événementiel que vous avez mis en place pour les jeunes de la ville de Dschang ?

Avec mes collaborateurs nous avons organisé cet événement rendu à sa troisième édition. Ça s’appelle Show Time Vacances, Délire + Challenge. Ce soir nous clôturons par la finale la 3ème édition ouverte le 1er juillet. Nous avons fait la finale dans le même site où nous avons eu l’habitude de produire tous les dimanches, de 14heures à 19heures.

Délire artistique lors de cette finale. Photo Azonfack Rodrigues / www.sinotables.com

Aujourd’hui nous faisons la finale pour récompenser,  grâce aux bonnes volontés qui ont acceptées de nous accompagner, les jeunes avec qui nous avons passés les vacances.

Quels sont les objectifs visés par ce programme ?

Déjà pour  respecter notre devise, à savoir Sensibiliser-Eduquer-Divertir, notre combat consiste à mobiliser les jeunes en vacances afin qu’ils ne se livrent pas à la déperdition et aux activités qui vont mettre en péril  leur vie  et leur faire oublier l’essentiel qui est l’éducation.

La période des vacances c’est juste pour prendre un petit repos, avant de relancer, trois après, avec les classes. A travers notre devise nous avons essayé de lutter contre les maux qui minent notre société, nous avons également complété l’éducation que les parents donnent à la maison, à travers les différents thèmes que nous proposons à chaque production.

Parlant des différents thèmes, il serait intéressant de les revisiter.

Nous avons développé des thèmes sur la poliomyélite, la corruption, la prostitution, le tabagisme en milieu scolaire et en milieu jeunes, sur comment un jeune doit préparer sa rentrée scolaire, sur comment passer ses vacances de façon à ce que celles-ci ne leur portent pas préjudice.

Pour quel bilan, FBI ?

Des artistes  à la soirée finale de Show Time Vacances 2014. Photo Momokana / www.sinotables.com

Je pense que jusqu’ici les objectifs ont été atteints à 90% et lorsque ce sera la fin de la soirée finale, nous serons en même de dire si tout s’est bien passé ou si quelques manquements ont été relevés.

Mais vous savez, nous n’allons pas nous arrêter-là, car nous allons sillonner les établissements scolaires  pour nous rassurer que les jeunes que nous avons formés mettent en pratique les  conseils reçus. Nous allons également mener une enquête auprès des parents pour savoir si les enfants qu’ils nous ont confiés se comportent bien après Show Time Vacances. Pour  savoir si Show Time Vacances a apporté un plus à leur façon d’être et de se faire.

Aller au niveau des établissements scolaires, des parents signifient-ils qu’il y aurait eu un contrat préalable avec les parents, par exemple ?

Les enfants qui ont assidûment participé à Show Time Vacances sont des ambassadeurs que nous envoyons dans les établissements scolaires dans la mesure que par leur bons comportements ils sont susceptibles d’influencer leurs camarades. Le principe consiste à déposer auprès des responsables d’établissements où nous avons des membres des fiches de suivis qui nous permettront le moment venu de faire le bilan, en matière de notes et de discipline.  Effectuer  une comparaison par rapport aux notes de l’année précédente. Cela nous permettra de voir si Show Time Vacances  fait quelque chose de positifs pour la jeunesse de notre pays.

Quelle est la part des parents dans ce programme ?

L’implication des parents dans le programme se situe avant tout au niveau de l’engagement. Au départ ils ont donné leur permission aux enfants, à travers les fiches d’inscription que nous avons mis à la disposition de tout éventuel participant à Show Time Vacances.   Au départ ils ne disposaient  pas de suffisamment pour venir se rendre compte qu’effectivement les enfants sont avec nous.  Mais après trois et quatre productions, les parents ont commencé à venir confirmer de ce qu’effectivement les enfants partent de la maison les mercredis  et  vendredis  pour les différentes réunions, et les dimanches pour les productions.   

L’année dernière vous avez affronté des écueils qui ont failli tuer votre programme. Quelle leçon en avez-vous tirée et pour quelle solution ?

Pour éviter d’avoir davantage de problèmes avec les autorités et bien d’autres l’espace dans lequel nous avons produit  dans un espace, le Colisée Discothèque, à l’abri des problèmes que nous avons rencontrés l’année dernière. Nous avons constaté les comportements  surprenants et avons tout simplement évité d’avoir  encore affaire aux autorités, car  nous n’avons pas l’intention d’abandonner le programme. Les réprimandes de l’année dernière nous ont surpris et nous ignorons leurs sous-jacents.

Combien de jeunes avez-vous encadré au cours de cette édition de Show Time Vacances ?

Le jury de la finale de Show Time Vacances 2014. Photo Momokana / www.sinotables.com

Au départ nous avions enregistré plus de 75 candidats. Mais au fur et à mesure que le temps avançait les uns ont désistés et d’autres sont allés en vacances.  Puis qu’il était question de faire à la fois un délire et un challenge, les compétitions ont permis que seuls les meilleurs restent en scènes, les autres devenant des fans, observent et se préparent pour la prochaine édition.

Vous insinuez que l’un des objectifs du programme c’est également  de révéler  des talents ?

Oui puisque nous ne voulons pas faire seulement des artistes. Les enfants qui sont venus avaient chacun un  ou des ateliers qui les intéressaient. Vous en aviez qui sont venus uniquement  pour participer aux Message éducatifs, d’autres qui sont venus pour le Karaoké, d’autres encore pour la musique, le match des incollables, les arts et métiers,  le défilé de mode, l’élection Miss Master, etc. Donc chacun a choisi son atelier, mais il y en a eu des polyvalents. Show Time Vacances c’est de leur permettre de réaliser leur rêve, de faire exploser des talents.

Exit la 3ème  édition. C’est quoi l’avenir de Show Time Vacances ?

L’avenir c’est donner vie à la vie de Dschang qui pendant les vacances ressemblait à un grand fantôme debout. Nos frères et sœurs n’avaient pas du tout le goût de passer leurs vacances à Dschang où de  venir à Dschang pour leurs vacances. Ils considéraient Dschang tout simplement comme un grand village où aucun divertissement n’est possible.

Avec Show Time Vacances nous avons voulu relever le défi d’inverser cet état de chose.  Et notre ambition est d’arriver au stade où même les étudiants restent à Dschang pendant les Vacances parce qu’ils trouveront de quoi se détendre.  Aussi de faire venir plus de jeunes à Dschang, parce que plus les jeunes viennent passer leurs vacances au village plus le risque de l’érosion de nos langues est minimisé. Vous avez dû être surpris de constater que certains participants passent leur message ou chante dans leur langue maternelle. C’est que chose que nous encourageons.

D’où tirez-vous les financements pour réaliser ce programme qui nécessitent beaucoup de moyens non seulement en termes de ressources humaines et  financières ?

Jusqu’ici nous avons fait avec nos modestes moyens. En plus nous nous sommes rapprochés de quelques personnes, de quelques grands frères qui ont eu l’amabilité de nous aider, de nous accompagner  avec le peu de moyens également dont ils disposaient. Ensemble nous avons mis tout cela en jeu pour réaliser le programme. Donc, nous ne disposons pas d’un budget défini pour le réaliser. Nous essayons de colmater les brèches par-ci par-là,  pour atteindre nos objectifs.

Et malgré ces maigres moyens vous réussissez quand même à faire venir des artistes ?

 Bien sûr. Et cette année nous avons faire venir tour à tour  Dokside, Colonel Joss, Neymar,  Roger le Magnifique, Pepsi BB le président du CERAMM, Mister Lino, auxquels nous associons les artistes que nous-mêmes avons découvert pendant les deux mois du programme.

Qui sont-ils ces artistes que vous dites avoir découvert ?

Feelingue Boy International (FBI) vu par Photo Momokana / www.sinotables.com

Pendant ces deux mois nous avons eu affaire aux artistes tels que Zéro Di, Mister Bell, Murielle Blanche et de nombreux autres dont les noms m’échappent à l’instant. Tous ces artistes ont participé au programme.

Que va-t-il se passer entre octobre  2014 et juillet 2015, date de la quatrième édition ?

Nous avons remis des diplômes d’honneur à ceux qui nous ont soutenus, au comité d’organisation et aux participants. Nous avons, grâce à nos partenaires,  récompensé les meilleurs dans chaque domaines. Nous leur remettons ces parchemin afin de leur rendre hommage pour l’engagement et le sacrifice et maintenir en eu la flamme d’apporter toujours du leur à ce programme. Mais surtout au moment où cette édition se referme, nous nous remettons au travail pour la quatrième édition en 2015.

Quel est  votre mot de séparation, à l’attention de ces enfants que vous avez eu à encadrer au cours des deux mois de vacances, ainsi qu’à l’ensemble des autres parties prenantes de votre initiative ?

D’abord des remerciements particulier, d’abord à tous ceux qui nous ont accompagnés, et dire aux jeunes avec qui nous étions de ne pas négliger ce qu’ils ont appris pendants ces vacances avec nous, à savoir  le respect de notre devise : Sensibiliser-Eduquer-Divertir. Parce qu’à travers cette devise nous avons développé beaucoup de thèmes qu’ils doivent mettre en pratique. Qu’ils prennent l’habitude de faire des recherches, ce qui leur permettrait de mieux comprendre les enseignements reçus de leurs éducateurs dans les établissements scolaires. Je les appelle au respect de la hiérarchie sociale.

 

Lire aussi sur le même sujet:

Culture : Happy end pour la 3ème édition de Show Time Vacances

Menoua : Show time vacances victime de représailles politiciennes

La CAF  a tranché ! Le Cameroun et la Côte d’Ivoire organiseron...
20 septembre 2014
Avouez qu'il y a de quoi se poser des questions... SAMBA-PANZA : Ni vue, ni connue, ...
19 septembre 2014
Je voudrais lancer un appel à ceux-là qui sont passés par le coll&egrav...
19 septembre 2014
M. Paul Eric Kingue. Crédit Photo: paulerickingue.blogs.nouvelobs.com L’anc...
19 septembre 2014

Reportage photo des obsèques de maman Kenfack Catherine

« Grand-mère tu étais le Prix Nobel de la Paix  dans cette si grande famille et ailleurs», a relevé Patrick Tamoyim devant la dépouille de la disparue.

 

Election du Bureau du Sénat : le RDPC sans adversaire


«Que signifie que Jésus est ressuscité ? »


Tourisme : Le préfet de la Menoua annule la nomination d’un nouveau directeur à l’Office de tourisme