Et si ceci était le testament de l’ancien premier Ministre Inoni Ephraïm

Publié le 02 Jan 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

SOCIETE. Une déclaration qui ressemble à un adieu.  Le 13 juin 2017, Inoni Ephraïm le prédécesseur de Philemon Yang à l’immeuble de la Primature  n’a pas loupé de saisir l’opportunité que lui a donnée le premier président de la Cour Suprême pour passer un message à ceux qui l’ont jeté en prison. SINOTABLES.

 «Monsieur le premier président, Jésus Christ quelques heures avant sa mort était au courant de tout ce qui devait lui arriver, mais il a décidé de garder le silence. Lorsqu’on est en communication régulière avec Jésus Christ, on ne parle pas beaucoup. Je n’ai pas choisi de naître dans le Sud-Ouest ou à Yaoundé. Malgré tout je suis et je reste camerounais. Je m’en remets à votre conscience», a déclaré Inoni Ephraïm qui comparaissait aux côtés de Atangana Mebara, son coaccusé, dans la cadre de l’affaire d’une double affaire de détournement des deniers publics. Il est reproché aux deux anciens secrétaires généraux de la Présidence de la république d’avoir détourné d’abord la somme de 287 millions de FCFA, puis  celle d’un milliard quatre cent millions de FCFA.

Les deux coaccusés qui avait écopés de 20 ans d’emprisonnement à l’issue d’un procès mené par le Tribunal criminel spécial avaient introduit un pourvoir en cassation  devant la Cour Suprême.  L’audience a été renvoyée au 27 juin, selon le quotidien Le Jour rapporté par Camermoun-info.net.

Daniel ABEBI (Collaboration)