Avant de mourir mon père s’est exprimé ouvertement sur l’organisation de ses obsèques

Publié le 03 Jan 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Mon père, MOMO Etienne qui est décédé dimanche 16 juillet 2017, à Dschang, des suites de maladie, a émis le vœu que ses obsèques soient une fête populaire.

« Je n’ai pas peur de mourir, a-t-il dit la veille, expliquant qu’on ne peut pas être là éternellement. Il faut partir et laisser faire les autres. »

La maladie qui le rongeait depuis 2013 a fini par l’emporter, même si je dois penser qu’il succombe plutôt à une méchante plaie, au lieu comme l’on aurait pu s’attendre, que ce sont au diabète et à l’hypertension et à la prostatite qui est venu accentuer le mal.

« Quand Dieu m’appellera, ne gardez pas mon corps à la morgue. Et si parmi vous quelqu’un insiste, abandonnez-lui la dépouille. Je ne veux pas que mes enfants s’endettent pour me pleurer. La seule chose que je vous demande, c’est de construire ma tombe ».

Enfin il a demandé à ce que l’arbre de paix soit partagé à tous ceux qui viendront à son enterrement ; Cela en signe de l’amour qu’il a eu pour les gens qu’il a côtoyés et qui, pour certains, avaient une mauvaise  lecture de son caractère. « Beaucoup de personnes, surtout mes frères m’ont injustement traité de d’insupportable, mais c’était juste parce qu’il arrive que vous soyez incompris quoi que vous fassiez. On a tort de croire que la voix de la majorité est forcément la bonne », a-t-il expliqué.

Les dernières volontés de Etiè Lahajou seront respectées. Ses enfants envisagent un projet de musée familiale où seront exposés quelques objets cultes qui lui ont appartenu : le billet de 1 franc de la République fédérale du Cameroun, le timbre de la commémoration de l’indépendance du Cameroun, le premier code pénal camerounais, le premier roman d’auteur camerounais, le laissez-passer à l’époque du maquis, des photos anciennes, etc.

Augustin Roger MOMOKANA