Politique : que cherche Albert Dzogang derrière le MRC ?

Publié le 04 Jan 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

« Si quelqu’un regarde la Menoua il va dire que c’est un département gâté par le régime en place. Dschang mérite beaucoup d’attention. Nous ne pouvons pas aller à Etoudi sans comprendre les problèmes de Dschang ».

Le président de la Dynamique Albert Dzogang s’est invité au meeting de relance des activités  du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) dimanche 19 novembre 2017, à la place des fêtes de Dschang.

Prenant la parole l’homme politique qui fut annoncé, il y a quelques années, comme nouvelle recrue du RDPC (Rassemblement démocratique du peuple camerounais), section du Wouri et dont le retour aurait été bloqué par Agbor Tabi alors Conseiller à la présidence de la République a l’intention de se mettre à table avec le MRC.

Je suis là pour que nous essayions de « regarder ensemble », afin que nous puissions « échanger ensemble ». Pour lui la route d’Etoudi est certes longue, mais le MRC  semble avoir de « longues jambes » pour y arriver. Pour cela, Albert Dzogang conseille au MRC d’être cette colonie de fourmis qui a pu déplacer le cadavre de l’éléphant.

« Ce qui m’inquiète maintenant c’est de savoir que certaines personnes pensent que le pouvoir c’est quelque chose  qu’on va partager ». Albert Dzogang n’a pas économisé ses balles contre son ancienne formation politique le RDPC à qui il a beaucoup donné, plus que ceux qui y sont aujourd’hui d’ailleurs et dont la seule ambition est de perpétuer le régime.

« Le bamiléké c’est un cueilleur. Quand il arrive sous un arbre, il grimpe ; il choisit les fruits mûrs  qu’il cueille. Pendant ce temps les autres attendent» que les fruits mûrs tombent pour qu’ils les ramassent.

Augustin Roger MOMOKANA