Commune de Dschang / Agence de l’eau et de l’énergie : le conseil d’administration pour l’autonomisation des moyens.

Publié le 05 Jan 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

« Ce qui manque à l’AMEE ce sont les moyens techniques. Les moyens intellectuels et les compétences existent déjà » : propos d’un administrateur de l’agence municipale de l’eau et de l’énergie (AMEE) au cours de la session du conseil d’administration du 12 décembre consacré au budget 2018.

Donner à l’AMEE les moyens nécessaires pour jouer pleinement sa mission bras séculier de la commune de Dschang en matière de l’eau et de l’énergie. Telle est l’un des accords majeurs de la session du conseil municipal tenu mardi 12 décembre 2017, dans la salle des réunions des services techniques.

Les moyens techniques manquent à l’AMEE pour rendre efficient ses actions. Les compétences, il y en a. L’autonomisation  technique de va permettre à l’agence de se doter d’équipements nécessaires à son déploiement professionnel.

Pour les administrateurs il est important que l’agence, dont les seuls bénéfices représentent 35% des recettes générées  par les réseaux d’adduction d’eau,  consolide d’abord les acquis avant de se lancer dans la réalisation de nouveaux ouvrages. La pérennisation étant une garanti non seulement de la fonctionnalité des ouvrages existants, mais aussi de la santé des populations.

Pour Jacquis Kemleu Tchabgou, les maladies qui minent les populations proviennent généralement de l’eau de consommation. Il va falloir les combattre. Cela est possible si les ouvrages sont exécutés suivant leur plan de coupe, dans les règles de l’art ; et s’ils sont régulièrement entretenus.  Multiplier les ouvrages, sans moyens d’assurer leur contrôle serait préjudiciable à la politique municipale. En substance, il est question d’abandonner les vieilles habitudes qui voudraient que l’on fasse l’a peu près, qu’un puits soit appelé forage. Avec tout le discrédit que cela comporte.

Les administrateurs ont voté le budget 2018 de l’agence. Il est  en recettes et en dépenses arrêté à la somme de 65 millions francs CFA. Soit une hausse de 15 millions, comparativement au budget de l’exercice 2017. Guy Modeste Mekui le directeur de l’AMEE a justifié cette hausse par deux importants ouvrages à réaliser sous fonds de l’Afd (Agence française de développement) : les minicentrales hydroélectriques de Lefock et de Lingang.  Ce budget sera soumis à l’adoption du conseil municipal consacré au vote du budget de la commune de Dschang pour l’exercice 2018.

Le conseil présidé par madame la 4ème Adjoint au Maire Fouelefack Ide Bernadette représentant du maire Président dudit conseil, a connu la présence du 2ème Adjoint préfectoral de la Menoua et de quelques conseillers municipaux membres.

Augustin Roger MOMOKANA