International/Eau et Assainissement : le PIGeDEA camerounais en vedette à Ouagadougou.

Publié le 20 Fév 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

Ouagadougou la capitale du Burkina Faso accueille depuis lundi 19 février 2018 l’atelier régional des Collectifs africains du secteur eau et assainissement.

Le Cameroun y est représenté par deux organisations de la société civile : le réseau Alliance pour la Maitrise de l’Eau et de l’Energie (AME) et Dynamique Citoyenne. Cet atelier a pour thème : « thème Le controle citoyen pour l’atteinte de l’ODD Eau et Assainissement »

Cet atelier, organisé par Coalition Eau, Eau Vive et  Sanitation Water for All permet au Cameroun  de partager son expérience dans les actions menées en vue de l’atteinte des Objectifs de Développement Durable, en l’occurrence ODD6 sur l’eau et assainissement. Il est question de partager avec les 10 autres pays participants (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Togo, Guinée, Tchad,)  l’initiative du Programme Intercommunal de Gestion Durable de l’Eau et Assainissement au Cameroun (PIGeDEA).

Le PIGeDEA qui bénéficie de l’appui financier, plus de 300 millions francs CFA, de l’Union Européenne est un parfait exemple de la coopération sud-sud dans les domaines Eau et Assainissement et concerne cinq communes : Dschang, Nkong-Zem, Fongo-Tongo (Région de l’Ouest), Douala 5eme (région du Littoral) et Kyé-Ossi (région du Sud).

En outre, l’atelier de Ouagadougou donne aux participants de présenter les résultats de l’étude sur les mécanismes de redevabilité nationaux pour l’ODD6 réalisé au Cameroun avec l’appui de End Water Poverty et Coalition Eau. Cette étude a permis d’identifier trois mécanismes de redevabilité donc : La plate-forme WASH, le Comité National de l’Eau et le cadre de concertation régional. Il faut noter que ces mécanismes souffrent d’un problème de fonctionnement effectif et nécessitent d’être renforcés.

Avec Beaudelin DONGMO NGUEGANG