Bangang : les enfants rejettent ce fruit miraculeux au profit de l’alcool et du tabac.

Publié le 28 Fév 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

Les enfants de Bagueala et Balewa, deux villages du groupement Bangang, sombrent l’alcool et le tabac. Le mal est profond et les élites s’en inquiètent. Car cela a des conséquences fâcheuses sur l’avenir de la famille et du village.

Dépité par l’ampleur que prend la consommation d’alcool dans son village, un internaute s’emporte. C’est l’avenir du village Bagueala  et celle de tout le département des Bamboutos qui est en péril.

« Ce week-end j’ai constaté, avec beaucoup de regret, une situation très alarmante à Bangang : il s’agit de la consommation exagérée de l’alcool par des  mineurs », écrit Carlos D sur Facebook.

Pour notre compatriote, il s’agit d’une crise sociale à mettre sur le dos des « aînés ». Ils ont, affirme-t-il, démissionné de leur mission d’éducateur et d’encadreur de la jeunesse.

Pour cela l’alcool et tabac rendent leurs enfants et les cadets réfractaires à toute initiative pour le développement. Bienvenu à la moto taxi, à la vadrouille dans les débits de boisson, pour ceux qui ont  décroché,  et mauvaise performances scolaires, pour d’autres.

« (…) Ils refusent les travaux champêtres comme source de revenus. Abandonnent leurs épouses et enfants » à la charge de leurs parents.

Si les internautes qui ont eu accès à cette plainte sont unanimes que le mal est profond et qu’il faille faire quelque chose en urgence, ils s’opposent cependant aux mesures proposées par Carlos D. Il s’agit entre  autres, de « la chicote spéciale pour tout mineur surpris en train de consommer de l’alcool ou du tabac », de « confisquer toute bouteille vide récupérée entre les mains des mineurs en suite la déposer à la chefferie du quartier ».

Beaucoup pensent que ces mesures sont « périphériques » et ne pourraient pas résoudre le problème. Pour cela, les regards sont tournés vers l’Etat. Il est nécessaire qu’il se réveille. La lutte contre la drogue doit être une priorité.

En attendant, Un qui a appris que la situation décriée a pour théâtre son village promet d’y effectuer une descente ce week-end. Il n’a pas expliqué l’action qu’il va y mener.

Augustin Roger MOMOKANA