Me Emmanuel Simh échappe à une tentative d’assassinat

Publié le 19 Mar 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

Être avocat au Cameroun est un gros risque ces derniers mois.  Que d’agressions subies par nos défenseurs! Cet état de haine a poussé un internaute à s’indigner : « non aux violences faites aux avocats ! » C’est grave.

Maitre Emmanuel Simh, le célèbre avocat qui a récemment défendu l’Universitaire Patrice Nganang  a échappé dimanche dernier 18 mars 2018  à une tentative d’assassinat.

« Cette nuit, exactement à minuit, alors que je revenais d’une réunion familiale, j’ai été agressé par trois individus cagoulés et vêtus de noir », écrit l’avocat au barreau du Cameroun.

L’homme de droit qui entrait, à peine chez lui a été pris à partie par trois individus non identifiables qui ont tenté de l’étrangler, dans le dessein de mettre un terme à ses jours.

« J’ai commencé à crier au secours, me débattant avec l’énergie du désespoir, et mon deuxième fils qui était encore au salon voyant la scène par la fenêtre a hurlé si fort que le voisin est sorti, après qu’il ait allumé son ampoule extérieure », explique la victime.

Les agresseurs ont alors pris la poudre d’escampette. Abandonnant derrière eux la proie avec des blessures. Ils ne lui ont rien dit ni arraché.

Cette agression intervient après la tentative d’enlèvement dont avait fait l’objet, il y a deux ou trois ans, l’avocat qui commence à réaliser qu’il s’agirait d’une « mission commandée ».

« Je me suis immédiatement rendu à la police judiciaire pour déclarer cette agression et ensuite aux urgences de l’hôpital central pour les soins ». L’avocat prend le public à témoin et lance un cri aux dirigeants du Cameroun : « MA VIE EST EN DANGER ». Un cri qui, si des  dispositions ne lui sont pas offerts par l’Etat, serait son « testament », sachant qu’il ne peut rien face aux criminels armés et déterminés à lui arracher sa vie.

Me  Emmanuel Simh est le vice-président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), le parti politique que conduit le professeur Maurice Kamto.

Augustin Roger MOMOKANA