Que se passera-t-il si le président de la République nomme quelques sénateurs au Sdf ?

Publié le 09 Avr 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

De par la constitution, le président de la République nommera, dans les 10 jours qui suivent la proclamation des résultats des élections sénatoriales du dimanche 25 mars 2018, 30 sénateurs à raison de 03 par région.

Le président de la république, S.E. Paul Biya va nommer dans les prochains jours 30 sénateurs. Ce qui portera le nombre total à 100. A l’état actuel de la chose, compte tenu des résultats proclamés jeudi 05 avril par le Conseil Constitutionnel, le Rdpc s’en tire avec 63 sénateurs élus, contre 07 pour le Sdf. Un résultat qui fait de la haute chambre  du parlement un « Comité central » bis du Rdpc.

Objectivement, les choix du président de la République devront porter sur la société civile, les personnalités indépendantes. Si l’on s’en tient aux nominations faites dans le cadre de la dernière mandature,cela n’est pas possible.  Les personnalités qui avaient bénéficié de la confiance du président de la République étaient tous des « sympathisants » du Rdpc, en leur qualité de chefs traditionnels, anciens membres du gouvernement, directeurs généraux de société, etc.

Aujourd’hui, deux questions taraudent l’esprit : le président Paul Biya pourra-t-il puiser, enfin, au sein de l’opposition? S’il prenait cette option quelle serait la conséquence pour un parti comme le Sdf qui totalise 07 sénateurs élus?

A supposer que Paul Biya offre quelques sièges à l’opposition, Cela pourrait avoir plusieurs interprétations: ce pourrait avoir un impact positif ou négatif, selon.  De nombreuses voix, pendant que l’on battait campagne pour les sénatoriales, ont cru devoir déceler chez Paul Biya, Fru Ndi et Bello Bouba un deal pour les municipales et la présidentielle.

Augustin Roger MOMOKANA