Bonne Fête du Travail aux “PETITES MAINS” de l’association HAPPY ZILLY…

Publié le 02 Mai 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

M. Baudoin est l’un des enseignants vacataires recrutés par l’association HAPPY ZILLY pour le projet de relance de l’école de Zilly.

Dans le cadre de l’évaluation des activités de l’école que j’ai effectué à Zilly ce week-end, j’ai trouvé un homme sympathique, dévoué, appliqué et rigoureux dans son travail.

Le succès qu’il rencontre à Zilly est à l’origine de retour à l’école d’au moins 50% des élèves. En plus des élèves de la classe de CM2 qu’il prépare pour le certificat d’études Primaires (CEP), Mr Baudoin donne des cours d’anglais dans toute l’école. Un parent d’un élève du CE2 témoigne qu’un matin son enfant lui dit “Good morning my father”. Il s’exclame parce c’est la 1ere fois de sa vie qu’il entende son enfant parler Anglais. Et il lui demande : “Mais qui t’a appris ces mots la?”. “C’est Mr Baudoin” rétorque le petit…

Le salaire de Mr Baudoin est supporté à 60% par l’association HAPPY ZILLY et à 40% par l’association des parents d’élèves de Zilly. Avec ce salaire, me dit-il, “j’achète du savon, du pétrole, des médicaments pour la maison et des intrants agricoles pour mes champs de cacao et de café”.

Avant d’arriver à l’école, Mr Baudoin avait fait plusieurs épisodes infructueux d’exode rural. Ce travail d’enseignant vacataire lui a permis de se sédentariser au village. Avec ses autres collègues recrutés dans l’école, il y a beaucoup plus de devises qui circulent dans le village et l’économie locale revit. Plus d’enfants qui fréquentent, le village se repeuple et la pauvreté recule.

L’association HAPPY ZILLY continuera à soutenir ces enseignants jusqu’à ce que leur processus de contractualisation par l’état aboutisse.

L’expérience réalisée dans le domaine de l’éducation sera répliquée très bientôt dans le secteur de l’agriculture et de la santé.

La pauvreté peut être combattue à la base. Les populations qui en souffrent ont souvent juste besoin d’un coup de pouce, d’un déclic ! Vous l’avez fait en soutenant l’association HAPPY ZILLY. Mais le travail n’est pas fini. Il ne faut que commencer. Restons mobilisés!

A l’occasion de la Fête internationale du Travail, quelques travailleurs racontent leur propre expérience relative à leur poste de travail devant les caméras.

Roger ETOA