« Sortez de vos chambres et regardez vers l’horizon, il y a beaucoup de choses qui se passent hors de votre lit. »

Publié le 11 Juin 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

Dschang, 11 juin (Sinotables.com) – Un artiste qui créé des œuvres, doit les montrer à un public, ça commence autour de lui, puis dans sa Ville, dans son Pays, et dans le Monde.

Certains artistes locaux, qui parfois rêvent d’une carrière internationale, quand ils ne savent pas comment s’y prendre dénigrent ceux des artistes dont le travail est montré ou connu à l’étranger.

Ça donne ceci : « ah depuis qu’il voyage là, il a fait quoi? Il marche à pied comme nous, le niveau de l’art ne se mesure pas au nombre de visas dans un passeport, je préfère rester ici au Pays, que de faire des voyages qui ne rapportent rien… »

Voilà en général le langage de certains artistes du Bled qui, au lieu de s’enquérir des rouages d’une carrière internationale, pour sortir du Pays et capitaliser leurs opportunités, font semblant de ne pas s’intéresser à l’international.

Dans un Pays où vivre de l’art est une gageure, il est important d’aller travailler ailleurs et revenir au Pays s’inspirer.

En attendant qu’une politique soit mise sur pied au Cameroun, qui permette aux artistes de vivre aisément au pays en travaillant, les gars ! Sortez de vos chambres et regardez vers l’horizon, il y a beaucoup de choses qui se passent hors de votre lit. Il y a des spécialistes qui organisent des ateliers pour montrer comment conquérir le marché mondial, arrêtez avec l’orgueil , allez apprendre , étudiez une autre langue que le français ,parlez anglais , allemand , espagnol mais surtout maîtrisez parfaitement votre Langue maternelle (Bassa, Duala, Fufulde, Bamoun, Bakweri, Badjoe…)

Réfléchissons comment vivre de notre art au Cameroun, il faut qu’on arrête de voir des artistes qui quémandent de l’aide sur les lits d’hôpitaux, les droits des artistes sont bafoués, même les droits élémentaires et humains. Sortons de nos trous et revenons plus forts pour vaincre ces dirigeants qui « clochardisent » les artistes au Cameroun. Moi je n’en fais plus partie !!!

Christian ETONGO