Gaël Ngoumtsa à Sinotables.com : « il n’y a pas concurrence entre les engrais chimiques et le compost. »

Publié le 22 Juin 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

Gaël Ngoumtsa est le responsable commercial et marketing du Projet MaGeTV. Ce projet vise la maîtrise la valorisation des déchets  de la ville de Dschang. Avec cet ingénieur agronome allons parler de la commercialisation du compost produit sur les deux plateformes de valorisation des biodéchets de Dschang.

Dites-nous, Monsieur Gaël Ngoumtsa, comment est-il organisé le circuit du compost produit par le projet MaGeTV ?

Le compost produit est conditionné dans des sacs de 50 kg. Il est ensuite vendu à trois catégories de client à savoir les acheteurs directs qui paient au comptant, les acheteurs à crédit et les revendeurs. Les ventes se font directement sur les sites de production à 2000 FCFA chez les acheteurs directs et à 1750 FCFA chez les revendeurs. Pour faciliter le transport chez les utilisateurs, nous créons des points de vente dans les zones de grandes productions comme à Fomok et à Djutsitsa et nous avons également une camionnette à notre disposition pour aider ceux qui achètent à partir de 5 tonnes.

Qui sont les consommateurs de votre compost ? Avez-vous une cartographie des utilisateurs de votre produit ?

Les consommateurs de compost sont principalement les agriculteurs (maraichers, pépiniéristes, arboriculteurs agroforestiers et horticulteurs) qui l’utilisent pour amender leurs sols, mais à côté nous pouvons citer les communes qui l’utilisent pour la réalisation des espaces verts.

Une cartographie des points de ventes nous donne une idée sur la localisation des utilisateurs de compost.

Nous  voulons avoir une idée exacte des statistiques de rendements à base du compost.

Je vais m’appuyer sur des expérimentations que nous avons mémé sur le chou. À la fin de ces expérimentations, il s’est avéré que le rendement était bon dans l’ensemble sur les parcelles ayant reçu du compost. Après analyse économique des rendements, le meilleur fertilisant s’est avéré être l’Agrocompost, c’est-à-dire le mélange de fiente de poule de pondeuse (25%) et de compost (75%). Ce mélange a permis d’obtenir de meilleur rendement. Avec un taux de rentabilité de 136,6% correspondant à un bénéfice optimal de 1 624 000 FCFA. Il est suivi du Compost associé à l’engrais minéral pour un taux de rentabilité de 101% correspondant plutôt à un bénéfice maximal de 1 555 000 FCFA ; ceci comparé au modèle de culture sans fertilisant. Le model paysan quant à lui a permis de générer un bénéfice maximal 1 000 000 FCFA.

Quels sont les différents conditionnements disponibles ?

Le compost produit est conditionné dans des sacs de 50 kg, mais il  peut également être disponible en vrac.

Quelle différence existe-t-il entre le compost et l’engrais vert ?

Le compost est un amendement organique biologique fabriqué à partir de la matière organique en décomposition dans des conditions contrôlées alors qu’un engrais vert est une plante semée par un agriculteur dans le but d’améliorer et de protéger un sol, et non dans l’optique d’être récoltée. Les deux méthodes de fertilisation ont en commune le caractère biologique ou naturel.

Quel rapport qualité-prix en faites-vous?

Produire 50 kg de compost nous coûte actuellement 4500FCFA. En comparant la qualité de notre compost aux autres fertilisants existants sur le marché local (NPK, Urée, Fiente de poule), 50 kg de compost coûterait 2050 FCFA. Pourtant le prix pratiqué est de 2000 FCFA subventionné par les partenaires du projet. Si l’on prend en compte les effets sur la santé du consommateur, le compost offre le meilleur rapport qualité prix.

Une association compost-fiente de poule est-elle envisageable, si oui à quelle occasion ?

Notre compost contient un faible taux d’azote (7,87 g/kg MB), il est donc conseillé pour certaines cultures (principalement les légumes feuilles) d’associer le compost avec de la fiente de poule [principalement riche en Azote (28,6 g/kg MB)], ou de faire une association de cultures avec les légumineuses qui sont fixatrices d’azote. Plusieurs expérimentations ont été faites dans un dispositif en bloc complétement randomisé. L’association compost plus fiente de poule est toujours sorti du lot avec un meilleur rendement agricole et une meilleure rentabilité économique. Le seul inconvénient se trouve au niveau du caractère non biologique de cette fiente de poule qui contient parfois des antibiotiques et des hormones pas bons pour la santé.

Quelle est le taux de crédibilité du compost, si l’on s’en tient à la bataille entre les engrais chimiques et les engrais vert ?

De prime à bord, les engrais chimiques et les engrais vert dont fait partie le compost ne sont pas concurrentiel. Selon l’orientation de l’agriculteur, il y aura des préférences selon si on s’intéresse à l’agriculture biologique ou conventionnelle. Cependant, tous les experts agronomiques s’accordent à dire que le meilleur amendement/ fertilisation est organo-minérale. Auprès des producteurs biologiques, des producteurs maraichers, des arboriculteurs et de pépiniéristes, le compost est crédible à 100%. Mais on observe des réticences à l’endroit de ceux qui ne l’ont pas encore expérimenté. En plus, il n’y a pas concurrence entre les engrais chimiques et le compost.

Vos prévisions de production peuvent-elles permettre de satisfaire à toutes les demandes ?

Actuellement, nous produisons près de 50 tonnes de compost par mois. Ce qui nous fait un total de 600 tonnes par an. Jusqu’ici, toutes les demandes enregistrées ont été satisfaites. La production allant croissante au fil des ans, nous souhaitons intéresser davantage d’agriculteurs afin d’amender des superficies importantes. Mais nous prévoyons de produire plus de tonnes annuellement. Ce qui nous permettra de satisfaire la demande.

Peut-on associer le compost aux engrais chimiques ? Si oui indiquez-nous les proportions acceptables?

Avant toute chose, il y a lieu de comprendre que le compost n’est en aucun cas un concurrent pour les engrais chimiques. De fait, le compost est un amendement organique, or le plus souvent, on parle d’amendements lorsqu’un effort de fertilisation est destiné au sol et on parle d’engrais lorsque l’effort de fertilisation est destiné aux plantes. Donc, la meilleure fertilisation est organo-minérale.

Les amendements sont des produits complémentaires fournis à la terre afin d’en reconstituer l’humus, d’améliorer sa structure et sa composition sur le long terme, avec comme objectif qu’elle soit un excellent support pour les plantes qui y seront installées tout en augmentant la biodisponibilité (l’accès aux plantes) des minéraux naturellement présents ou apportés par l’ajout d’engrais.

C’est ainsi qu’à la suite de nos expérimentations locales, nous avons ressorti des doses économiquement rentables combinant le compost à l’engrais minéral. Il s’agit d’associer 10 tonnes de compost avec 125 kg/ha d’engrais minéral NKP. La formulation du NPK dépend dans ce cas du type de culture.

Prenons par exemple la culture du chou. Qu’est-ce que nous pouvons en retenir ?

Vous aurez compost 10 tonnes / ha + engrais minérale  NPK 20 10 10 (125 kg/ha). C’est simple, mais très productif.

Quels sont les éléments marketing disponibles au niveau de la Commune de Dschang pour convaincre les éventuels utilisateurs de compost.

Notre stratégie commerciale et de vulgarisation repose essentiellement sur des expérimentations au champ en milieu paysan, afin de permettre aux agriculteurs accompagnés d’utiliser divers dispositifs fertilisants dont le compost et d’apprécier par eux-mêmes les résultats obtenus. A ces expérimentations, nous joignons la création des points de vente où les agriculteurs pourront se procurer non seulement le compost mais aussi les résultats d’autres expérimentations consignés dans des fiches techniques.

La production de compost à Dschang peut-elle véritablement encourager la pratique de l’agriculture biologique dans notre région?

Bien évidemment que la production du compost peut encourager l’agriculture biologique à Dschang. D’ailleurs elle le fait même déjà. Nous avons des structures locales qui se sont déjà pleinement lancées dans cette filière et dont les produits sont disponibles sur le marché à l’instar du Groupement d’Intérêt Économique BIOMAR.

Ressortons  par votre équipe en charge de la commercialisation du compost ?

L’équipe en charge de la commercialisation/vulgarisation du compost c’est de manière générale, tout le personnel du projet et particulièrement le responsable commerciale et la chaine de revendeurs disséminés sur le territoire du département de la Menoua et au-delà. Il faut dire que tous ceux qui ont déjà utilisé le compost de par leurs témoignages constituent des membres à part entière de notre équipe. Sinotables.com qui relayera l’information sur le compost et surtout de sa disponibilité au prix de 2000 FCFA/sac de 50 kgs pourra être cité comme membre de notre équipe.

Propos recueillis par Augustin Roger MOMOKANA