Chronique de Christian Etongo : J’adore ces camerounais qui, une fois à l’extérieur du Pays insultent et dénigrent leur Patrie.

Publié le 13 Juil 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

Dschang, 13 juillet (Sinotables.com) – J’adore ces camerounais, qui une fois à l’étranger croient tout connaître de la géostratégie et la géopolitique

J’adore ces camerounais, dès qu’ils ont mis les pieds à l’extérieur du Pays deviennent supérieurs à ceux restés au Cameroun

J’adore ces compatriotes qui, pendant leurs vacances au Bled font croire qu’ils ont eux-mêmes dîné avec Donald Trump et Johnny Hallyday

J’adore trop ces camerounais à peine arrivés au pays pour leurs affaires vous disent qu’ils vont bientôt rentrer chez eux à l’étranger et disent “votre Pays le Cameroun”

J’aime beaucoup ces braves gars et filles qui viennent narguer leurs “frères” au Pays

Avec quelques milliers d’euros qui feront des millions au bled…d’ailleurs ceux-ci souhaitent une autre dévaluation du FCFA, pour être plus compétitifs encore en boîte de nuit et auprès des filles.

J’adore plus ces camerounais restés au Pays, qui vivent des Western union des Mbenguistes et qui les insultent et les dénigrent

J’adore ces Camerounais, qui après avoir essuyé Cinq refus de visas pour l’extérieur deviennent aigris et détestent toute la diaspora

J’adore ces camerounais qui demandent un parfum au Mbenguiste le matin et le sabote le Soir

J’adore ces cons-Patriotes qui connaissent toutes les rues de Paris et de Bruxelles et maîtrisent la vie à l’étranger sans avoir jamais bougé de leur quartier (il Ya Internet et surtout les histoires de la cousine de Strasbourg)

J’adore enfin ces camerounais qui disent “Ah Maaaf ! Aller à Paris c’est quoi? C’est encore l’époque où on nous blazait avec l’Europe? Avec 500 milles francs tu es à Mbeng) entre temps le gars est au quartier et n’arrive pas à réunir 500 frs pour bouffer

Dans la journée.

Tous nous sommes camerounais, comment pouvons-nous ensemble développer ce Pays qui est entre les mains des vautours et des hyènes?

Christian ETONGO