Italie-Cameroun : Près d’une douzaine d’étudiants de médecine de l’université de Parme dans la Menoua.

Publié le 06 Août 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

Medical Experience. Le nom de l’association des jeunes étudiants camerounais et italiens en médecine et pharmacie  de l’Université de Parma est en soi tout un programme.

« Il s’agit de consulter les malades, surtout ceux qui souffrent des maladies cardiovasculaires et métaboliques, de prendre ceux les cas sont avérés grave en charge. Nous allons les promener dans les lieux où il y a des regroupements, là où il y a des congrès. Ils feront ce qu’ils peuvent faire, avec les moyens qui sont les leurs » : Thomas Ndzouebeng est la maire de Nkong-Zem.

Pour la deuxième fois, après l’immersion en 2017 à l’occasion du Cinquantenaire au trône de Batseng’la de Fossokeng Solefack II Simon, Raoul Pérez Kougang et ses camarades récidivent. Ceci grâce à l’entregent du PIPAD (Projet intégré pour la promotion de l’auto-développement).

« Chaque jour que nous vivons ici est une surprise comblée de merveilles. Ce projet que nous avons initié en 2016 et dont la première édition a eu lieu en 2017 dans la Menoua, avec une réussite triomphale dans le village Batseng’la est centré sur trois axes : l’axe humanitaire c’est-à-dire que la petite connaissance que nous apprenons de l’autre côté nous venons ici la traduire en acte avec la collaboration du personnel médical ; tout en se mobilisant sur la récoltes de médicaments en Italie pour la prise en charge de ces patients ici. Le second axe concerne les orphelins. Nous avons l’intention d’organiser une fête où nous remettons du matériel didactique aux enfants des différents orphelinats, le troisième axe est centré sur la culture », Raoul Pérez Kougang est le président de Medical Expérience.

Pendant 18 jours, ces étudiants vont sillonner le département de la Menoua, pratiquement les villages qui organisent leur congrès annuel, pour effectuer une campagne de santé à travers des visites médicales gratuites en vue du dépistage des maladies métaboliques et de la prise en charges des patients. Il a été indiqué des cas préoccupants seront suivi à travers les centres de santé de l’arrondissement de Nkong-Ni. Tous les trois mois leurs médicaments seront expédiés de l’Italie.

«Avec cette activité nos étudiants vont travailler avec les étudiants du Nord. C’est ce qu’on appelle coopération Nord-Sud. Après nous allons faire la coopération Sud-Sud, c’est-à-dire que nos parents qu’on va dépistés seront suivis par nos enfants en collaboration avec les centres de santé d’ici. Tous les trois mois ils vont envoyer les médicaments qui seront suivis par nos étudiants. Notre faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques a une vision nationale, locale et internationale. On résume cela par Pensons global, mais agissons locale. Parce que le problème c’est qu’il faut pousser le médecin à aller à Fongo-Tongo, il faut pousser le médecin à aller à Djuttitsa. Le médecin ne doit pas rester seulement en ville. Parce qu’il n’y a pas de santé de premier degré ou de santé de deuxième degré. La santé c’est la santé », Dr Martin Sanou Sobze est le Vice-doyen de la Faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques de l’Université de Dschang, et par ailleurs PCA du PIPAD.

En  prélude à ce déploiement, une cérémonie de lancement de la campagne médicale a été organisée vendredi 3 août à Nkong-Zem, sous les auspices du maire Thomas Ndzouebeng, en présence de  M. le Sous-préfet de l’arrondissement de Nkong-Ni, de Dr Martin Sanou Sobzé représentant le Doyen de la Faculté de Médecine et des Sciences pharmaceutiques de l’Université de Dschang ; et de Ndi Fossokeng Solefack II Simon chef du village Batseng’la et par ailleurs parrain de la campagne.

« Nous saluons Sa Majesté Fossonkeng Solefack II Simon, le chef du village Batseng’la pour tout l’effort qu’il a consenti. Parce que c’était à l’occasion de l’anniversaire de son règne dans sa chefferie que les Italiens ont commencé à venir, et depuis ils ont pris goût ; et ont été satisfaits de la disponibilité, de l’ouverture, de l’esprit des populations à bénéficier de leurs soins de santé. Raison pour laquelle ils ont émis le vœu de revenir. Les mots me manquent à l’endroit de tous ces jeunes italiens pour leur volonté, leur intégrité, leur souci d’universalité, leur probité, leur moralité et finalement leur sacrifice à pouvoir braver l’espace et le temps pour venir raviver cette coopération et montrer aux yeux du monde que le monde est aussi un village planétaire au niveau sanitaire »,   Abdoulahi Aliou est le sous-préfet de l’arrondissement de Nkong-Ni.

Pendant leur séjour, Medical Experience va travailler avec des étudiants de la Faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques de l’Université de Dschang. L’ambition est que dans l’avenir des étudiants de Dschang se rendent à leur tour en Italie, pour mener ce même type d’expériences.

Medical Experience va travailler avec des étudiants de la Faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques de l’Université de Dschang

Aussitôt terminée la cérémonie de lancement de la campagne, les futurs médecins se sont déployés dans les différents services aménagés pour accueillir les patients. Accueil et identification par la mise à disposition d’une fiche de collecte de données, puis consultations centrées sur les maladies métaboliques : diabète, hypertension artérielle

« La journée d’aujourd’hui est pour moi, en quelque sorte, la continuité des festivités marquant mes plus de 50 ans au trône de la chefferie Batseng’la. Car l’événement que nous vivons a pris corps à partir de cet autre évènement d’il y a un an aujourd’hui.  Je suis très flatté et j’espère qu’avec la grâce de Dieu ces journées médicales vont très bien se dérouler. Ces jeunes étudiants en médecine venant d’Italie en ont pour au moins 18 jours ici», Fossokeng Solefack II Simon.

Pour le maire de Nkong-Zem, cette opération sanitaire doit être le point de départ d’un partenariat fructueux entre l’université de Parma, la ville de Parma d’une part, et l’université de Dschang et la ville de Nkong-Zem d’autre part.

Augustin Roger MOMOKANA