Cameroun : une cargaison de 71 cartons de légumes et maïs hongrois saisie par le ministère du Commerce.

Publié le 29 Août 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

71 cartons de légumes et maïs hongrois ont été saisis par le ministère du Commerce dans les deux principales métropoles du pays: Yaoundé et Douala. Luc Magloire Mbarga Atangana appelle ses collaborateurs à ne pas « Ne pas créer  la psychose au sein de l’opinion. »

L’appel est du chef du Département ministériel en charge des questions commerciales. C’était le 27 aout 2018 à l’immeuble rose, lors de la séance de présentation  aux médias de la cargaison saisie à Yaoundé  et Douala.

La cargaison de 71 cartons é été saisie par les  délégations régionales  du Commerce. Cette quantité  jugée impropres à la consommation, a été saisie à Douala et Yaoundé par les services déconcentrés du Ministère du commerce. Ce sont des produits congelé produits en Hongrie distribués sur le marché international.  Selon le ministre du commerce : « elle fait suite à l’alerte de l’OMS (Organisation mondiale de la santé)   relayée au Cameroun par le MINSANTE.  Nous avons décidé de la destruction qui était somme toute circonscrite  à un importateur, il ne faut pas qu’, il y ait non plus une psychose dans l’opinion par rapport  au volume.  Ils sont maintenant hors du marché, ils seront détruits » rassure  le ministre le, Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana.

S’intéresser à la chaine de conservation

Voilà qui donne raison au gouvernement camerounais engagé à promouvoir la consommation des produits locaux. « Autant l’importation peut être quelque chose nécessaire, d’utile quand il s’agit des biens d’équipements, pour  l’industrialisation  de notre pays, autant on peut estimer que le mais importé au Cameroun peut poser  problème. C’est l’occasion d’un appel aux investisseurs. On a un problème dans la chaine de congélation, du surgelé, j’ai vu des croissants importés, l’explication c’est que la chaine du surgelé n’est pas développée. Voilà également un créneau   qui peut intéresser les opérateurs économiques  pour conserver nos aliments, ça se fait en Occident » explique le ministre Luc Mbarga Atangana.

Cette méthode permet de conserver et commercialiser, d’exporter à vil prix. Les produits saisis et présentés à la presse, ont été transférés  à l’abattoir d, Etoudi pour destruction par enfouissement. L’assainissement de l’espace commercial  relève de la responsabilité des pouvoirs publics et des associations de défense des droits des consommateurs en matière de vigilance, des consommateurs eux-mêmes. Avec du très bon mais que produit le Cameroun, pourquoi consommer des produits ayant subi des manipulations ? L’on recommande de consommer du « Made in Cameroon ».

J KAPO