Commune de Dschang : le rapport Louis Soubigou sur la gestion des boues de vidange reçu avec félicitations du conseil municipal.

Publié le 03 Sep 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

Louis Soubigou a présenté, vendredi 31 août dernier, le rapport sanctionnant trois mois de stage passés à la Mairie de Dschang. Ce stage bénéficie de l’appui de l’AIMF (Agence internationale des maires francophones), de l’AAE (Association africaine de l’eau) et Nantes métropole.

« Travaux exploratoires pour l’élaboration de la stratégie de gestion des boues de vidange dans la commune de Dschang » est le thème du stage de trois mois que Louis Soubigou, élève ingénieur à l’ENSGTI (École nationale supérieure en génie des technologies industrielles) de l’Université de Pau (France) vient d’effectuer auprès de l’AMGED (Agence municipale de gestion des déchets de Dschang).

En présence du maire de Dschang, entouré de quelques présidents de commissions au conseil municipal, du Directeur de l’AMGED, et de tous les chefs de Services à la Commune de Dschang, Louis Soubigou a réussi sa présentation.

« Je suis entièrement satisfait de la pertinence de votre travail. Il a le mérite de nous ouvrir grands les yeux, de nous ouvrir des voiles sur l’horizon. C’est l’occasion pour moi et pour l’ensemble du conseil municipal de vous adresser nos félicitations pour ce projet qui pour nous  à Dschang et même dans tous le Cameroun est un projet pilote. Nous attachons beaucoup d’intérêt et d’importance dans sa mise en œuvre. Vous serez notre consultant en la matière », a réagi Sa Majesté Beaudelaire Donfack.

Ce rapport dresse un état général de la gestion des BDV dans la Commune, puis propose des pistes de solutions qui devront être davantage explorées par des stagiaires de l’Université de Dschang qui s’intéressent à la même question.

« Les boues de vidange c’est l’ensemble de matières qui sont issues des fosses septiques ou des latrines traditionnelles et qui sont généralement composées des excrétas humains et d’autres déchets ménagers qui pourraient tomber accidentellement dans cette fosse. »

Dans la commune de Dschang, trois acteurs participent à la collecte des Boues de vidanges : les opérateurs professionnels venant de Bafoussam, les opérateurs locaux qui collectent grâce à un système d’aspiration par les pompes, et les vidangeurs manuels qui opèrent avec des seaux.

Tous ces vidangeurs ont pour point commun de déverser les excrétas dans le cours d’eau Nkemtsop. Déjà, le type de latrines diffère selon que l’on se retrouve dans les zones résidentielles, commerciales, ou urbaines, etc.

La mauvaise gestion des boues de vidanges est une menace pour la santé et l’environnement : au plan de la santé elle favorise la recrudescence des maladies telles la typhoïde, l’hépatite A, le choléra, la diarrhée, etc. Elle contamine la nappe phréatique. Ce qui provoque naturellement la pollution des sources d’eau de boisson. Au plan de l’environnement elle favorise la disparition de la faune et de la flore aquatiques dans le cours d’eau où les boues de vidange sont déversées.

Des étudiants de l’Université de Dschang travaillant sur le même thème vont poursuivre le travail balisé par Louis SOUBIGOU

Les premières estimations des boues de vidange dans la Commune de Dschang sont de l’ordre de 27 800m3 par an, dont 10m3 sont traité par jour, soit un total de 1920m3 par an.

Louis Soubigou propose que les boues de vidanges soient séchées, dans le but d’enrichir le compost fabriqué au niveau des plateformes de Ngui et Siteu. Sa gestion pour des fins de production d’énergie coûterait plus chère à la commune.

Augustin Roger MOMOKANA