Dschang : quand les usagers se font de plus en plus nombreux le Sous-préfet…

Publié le 20 Sep 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

Le Sous-préfet de l’arrondissement de Dschang a pris une décision salutaire pour ses collaborateurs et pour les usagers de son service. Lorsque la saison des concours ou des inscriptions à l’université  arrive, il quitte son cabinet climatisé pour s’installer au secrétariat.

Au secrétariat, le sous-préfet Ekoume Jules Eric s’installe au bureau dont la porte s’ouvre au hall: l’accueil. C’est alors qu’il peut  assener les coups au travail, à l’aide de son stylo. Le travail pour lequel il s’est engagé est pris très au sérieux. C’est vraiment la haute saison à la sous-préfecture de Dschang.

L’occupant du fauteuil devient le distributeur. Les autres secrétaires recueillent et vérifient rapidement les documents à soumettre à la signature du patron.

Le sous-préfet reçoit et signe les documents. Le jeune collaborateur se charge de les ramasser et de faire l’appel. L’ intéressé, à partir de la fenêtre, répond présent  et envoie la main pour  récupérer son document; et avant de disparaitre.

Cette façon de faire facilite la tâche aux usagers. «  C’est un sous-préfet différent des autres. Il est venu s’asseoir ici depuis pour signer les papiers. Je suis là depuis quelque chose comme 15 minutes et bientôt il va signer pour mon document. Si chacun faisait comme lui, personne ne peut se plaindre contre l’administration.»

Maurice est arrivé à Dschang ce même jeudi, pour accompagner sa fille dans la démarche pour une préinscription à l’Université de Dschang.

Depuis qu’il a constaté la haute saison, le sous-préfet a pris l’habitude de déserter son cabinet, pour répondre aux sollicitations de ses jeunes concitoyens. Cette option lui permet de faciliter les vas-et-viens du secrétariat vers son cabinet, avec ce que cela implique comme gâchis de temps.

Augustin Roger MOMOKANA