Présidentielle du 7 octobre : « Faisons en sorte que Foto ne soit pas oublié au moment du partage du gâteau. »

Publié le 02 Oct 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

 

Le  groupement Foto, dans le département de la Menoua, est sur le terrain depuis lundi  1er  octobre.  L’équipe de campagne y est conduite par Sa Majesté Donfack Beaudelaire, le maire de Dschang.

Ecole publique de Foto, école publique de Litagli, Carrefour École publique Groupe I Fonakeukeu, Carrefour Toutsang, Foyer communautaire de Ngouaha. Cinq étapes qui ont accueilli avec joie la caravane du RDPC dans le groupement Foto.

« Le pays est en guerre et le président Paul Biya ne doit pas s’enfuir ou être chassé du pouvoir. Il faut qu’il mette fin à cette guerre. Et il a de l’expérience pour le faire. Paul Biya est candidat. Nous savons ce qu’il a déjà fait. Faites en sorte que Foto ne soit pas oublie au moment du partage du gâteau. »

A chacune de ces escales de nombreuses interventions : celle d’une conseiller municipal, de la présidente de l’OFRDPC, celle du président de la sous-section visitée, celle du trésorier du parti, celle du président du comité local,  celle des chefs Foyaguem et Folewouh.

« Que les gens ne vous trompent plus. Il est certes vieux, mais pouvez-vous tuer votre père sous le prétexte qu’il est vieux ? »

Les messages sont identiques, avec de petites variations qui justifient soit l’importance soit le degré de turbulence des populations de la localité. C’est ainsi que le message à Ngouaha tendait plus à un véritable baratin, à cause de l’inertie constatée du premier responsable local du RDPC.

«Dans le processus de construction d’une Nation on voit défiler toutes sortes de personnes : les rêveurs, les bavards, et les bâtisseurs ».

Sa Majesté Donfack Beaudelaire, le maire de Dschang et son équipe de campagne ont découvert des misères de certaines populations à l’occasion de cette campagne électorale

Pendant Cette campagne, le maire de Dschang et son équipe ont eu l’occasion d’éprouver les misères de certaines de ses populations. A Litagli, deux problèmes majeurs : l’absence de l’électricité et les voies d’accès au village sont un véritable casse-tête. Mais la mairie de Dschang a choisi comme priorité l’éducation des enfants. En ce moment elle achève la construction d’un deuxième bâtiment  de 02 salles de classe à l’école publique du village.

« Je vous ai  donné mon dos, comme l’oiseau avait donné le sien au ciel», S.M. Donfack Beaudelaire aux populations de la zone D dans le groupement Foto.

Augustin Roger MOMOKANA