Une Américaine plus dangereuse que les dictatures africaines.

Publié le 16 Jan 2019 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Les États et les organismes qui luttent contre le réchauffement climatique ont-ils oublié que décimer la faune contribue à l’accélération de cette menace qui pèse sur notre avenir ? Nous pensons qu’il n’y a pas que les pollutions. Il y a également la destruction de la faune.

Une américaine, du Kentucky, du nom de Tess Thompson Talley vient de cracher du feu contre la faune, dans un parc animalier sud-africain. Légal ou illégal, ce qui choque l’opinion c’est le non respect à la vie.

Tess Thompson Talley, comme elle se fait appeler a payé son billet d’avoir pour se rendre en Afrique du Sud à la recherche d’un plaisir malpensée et inadmissible: décimer la faune. Des photos qu’elle exhibe sur son compte Instagram- déjà supprimé à cause du tollé planétaire-une girafe et un kangourou tombés sous ses balles.

« Oui, je l’ai fait! J’ai réussi. Sur cette photo, vous voyez une girafe de 18 ans pesant 1800 kilos, et j’ai reçu 900 kilos de viande dessus. Je n’ai jamais été aussi heureuse » avait-elle déclaré selon USA Today.

Tess Thompson Talley ! Vous avez mangé du girafe aujourd’hui, on se demande quel est votre prochain plat, du rhino ou de l’éléphant?

AfricaDigest a vivement dénoncé le crime le cas. On ne saurait, sous le prétexte qu’une girafe est noire l’abattre. Il s’agit d’un crime qui mérite que le monde entier en parle. Afin que cela ne se reproduise plus jamais ni en Afrique ni ailleurs.

Oui! Car si rien n’est fait, à l’avenir, les africains voyageront en dehors de leur continent juste pour voir les éléphants, le lion, ou le kangourou. Eux qui n’ont aucun droit de tuer ne serait-ce qu’un écureuil. Ils n’ont pas conscience de l’immense richesse que constitue nos parcs et leurs populations animales, comme ils n’ont pas conscience de leurs capacités pour sortir de la pauvreté.

L’affaire s’est passée en juin 2016. Elle est rendu publique le 16 juin 2018 grâce au site AfricaLand qui relaie une photo publiée sur son compte Instagram par Tess Thompson Talley.

Avec huffingtonpost.ca