Douala : un chef de canton impose un impôt de 10 000 FCFA pour financer l’équipe de sa communauté.

Publié le 21 Jan 2019 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Le Cameroun n’est pas que le Cameroun. Il est aussi un monde à part. Imposer un impôt de 10000 FCFA à chaque commerçant dans son canton relève des curiosités extraordinaires. Le problème n’est pas l’initiative, mais la façon dont elle est libellée. Il ne s’agit que d’un appel à la générosité.

Pourtant SM EKWALLA ESSAKA DEIDO II Frédéric James, chef du canton Deido, à Douala, la Capitale économique du Cameroun, a délivré un mandat exclusif à Léopard de Douala, un club de football de la Ligue II-Poule B.

Le Mandat stipule qu’une collecte mensuelle de 10 000 FCFA doit être effectuée auprès des acteurs économiques présents sur le territoire du canton.

En clair, les responsables du Léopard devront d’abord établir un listing des acteurs économiques dans le territoire du canton. Par la suite écrire à chaque acteur identifié pour solliciter son « soutien financier au profit du Léopard sportif de Douala ».

Ainsi le léopard devra « collecter [auprès de chaque commerçant] la participation mensuelle de 10 000 (dix mille francs) FCFA tous les 10 du mois », et de préciser que « ce recouvrement se fera exclusivement en espèces contre reçu du club, sur mobil money ou sur virement dans le compte de l’équipe ».

Comme l’on voit, chaque commerçant devrait déposer dans la caisse du Léopard sportif de Douala dont il n’est pas actionnaire la somme, annuelle, de 120000 FCFA. Comment peut-on imposer un taux alors que l’on demande?

Un impôt qui n’annule pas le loyer et les autres taxes. Sa Majesté EKWALLA ESSAKA DEIDO II Frédéric James a tout simplement le sang à l’œil. Et quelqu’un de dire à défaut de demander aux commerçants et aux propriétaires de libérer le plancher, il a trouvé une formule qui ne lui fait pas honte malgré les éclats de rire qu’elle suscite.

Augustin Roger MOMOKANA