Je m’en doutais que Paul Biya s’offre Maurice Kamto comme gâteau d’anniversaire.

Publié le 14 Fév 2019 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Ma personne,

Je m’en doutais que Paul Biya s’offre Maurice Kamto comme gâteau d’anniversaire.

La fête des amoureux c’est le 14 février. Soit un jour après l’anniversaire de Monsieur Paul Biya. Cette année, l’anniversaire est célébré dans un contexte particulier marqué par la réélection pour un mandat de sept ans à la tête du Cameroun.

Maurice Kamto avait été le principal challenger de Paul Biya à la dernière élection présidentielle du 7 octobre 2018. Depuis il n’a cessé de revendiquer sa victoire. Voilà pour quoi le parti qu’il préside, le MRC a organisé une marche Blanche pour dénoncer le « hold up électoral ».

Mon ami Albert T. m’a demandé ce que je pensais de notre pays au vu des derniers développements de l’actualité. Il avait certainement eu vent de ce que Maurice Kamto et les autres seront plutôt envoyés à Kondengui. Ceci signifie que chaque citoyen de ce Cameroun, jusqu’à preuve de contraire, un prisonnier en sursis.

Cher Albert T. tu le sais très bien, le Cameroun poursuit sereinement sa longue marche vers l’Emer-gen-ce. Ce chemin est parsemé de mines et de sang. Chaque citoyen devra le savoir avant de s’engager.

La vérité c’est parmi les marcheurs il y en a qui savent poser leurs pas. Poser ses pas pour construire une vie de martyr, poser ses pas pour construire une image de tyran de 5ème génération. La bataille pour les prochaines échéances électorales est lancée.

Lisez bien ce qui s’est passé ce 13 février et vous comprendrez de quoi je parle. La date du 13 février s’insère dans l’histoire pour une double raison :

Première raison ! Monsieur Paul Biya est né le 13 février 1933 dans son village, quelque part au sud du Cameroun. Il a fait ses classes au Cameroun et en France. C’est un métis culturel. Pour cela il célèbre chaque année son anniversaire (Je ne sais pas en quoi cela aide le Cameroun que l’anniversaire du Président de la République fasse l’objet de l’actualité chez nous).

Deuxième raison : Maurice Kamto et son parti le MRC ont organisé leur marche blanche le 26 janvier. Ils ont été interpellé les 26 et 28 janvier. Les enquêteurs ont pris deux semaines (en violation du code de procédure pénale) pour boucler leurs auditions. Et ils ont été placés sous mandat de dépôt à la prison centrale de Kondengui le 13 février, c’est-à-dire le jour de l’anniversaire du Président de la République.

A ce niveau la question de mon cher Albert T. devient à la fois intéressante et éprouvante pour tout peuple qui se souci de son avenir. Monsieur Paul Biya a-t-il décidé de passer, à travers la personnalité politique de Maurice Kamto, un message clair à son opposition ? A chacun de répondre. Pour ma part, je dis oui. Paul Biya restera au pouvoir jusqu’ààààà. Kamto devient un martyr.

Mais la question qui m’intéresse c’est : que va-t-il se passer du côté de l’opposition après ce feuilleton ? Bien malin qui répondra à cette question sans se faire taxer de terroriste. En tout cas, le Cameroun n’a pas des jours heureux devant soi. L‘arrestation et la « condamnation » de Maurice Kamto est une censure contre l’aspiration manifeste du peuple à expérimenter une autre gouvernance à la tête du pays.

Il faut sauver le RDPC.

Momokana