Journée internationale de la femme : L’Alliance franco-camerounaise de Dschang fait chanter les femmes.

Publié le 06 Mar 2019 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

« Au-delà du festif, il s’agit pour nous à l’Alliance Franco Camerounaise de Dschang, de susciter et provoquer non seulement une véritable alliance entre les différents peuples et les différentes cultures du Cameroun, mais également de favoriser un enracinement dans nos valeurs et cultures africaines en général et camerounaise en en particulier », a souligné à l’entame Madame Ndoungue Mireille, PCA de l’Alliance franco-camerounaise de Dschang.

Une journée du 5 mars historique dans les annales de l’Alliance franco-camerounaise de Dschang. Journée baptisée Festival Ecoute-moi Chanter. Journée spéciale ouverte par l’exécution de l’Hymne nationale en langue yemba par les élèves du CLIRAP.

A l’occasion de la Journée Internationale de la Femme 2019, des femmes ont exposés leurs créations : des produits alimentaires (whiky à base du miel, huile Mbiang), des produits artisanaux (bracelets, sandalettes, bijoux), et une sélection de la gastronomie typique de la région de l’Ouest (kwa dzap, taro à la sauce jaune, eru and water fufu, couscous aux légumes sautés, etc.)

La Photo Officielle avec le représentant de M. le préfet (en bleu) et celui de M. le Sous-préfet (costume sombre)

Présidant l’ouverture du festival, M. Seme, Chef Services des Affaires sociales et culturelles à la Préfecture de Dschang, a loué l’initiative, invitant les femmes à « être des femmes de valeur » dont a besoin la société camerounaise.

Le public a eu droit à une conférence sous le thème : « la symbolique des chants traditionnels chez les femmes au Cameroun. Avec autour de la table Madame Tchinda Fometio (Doctorante à l’Université de Dschang), Dr Kakeu Marie (Chargé de cours à l’Université de Dschang), Madame Ndoungue Mireillle (Psychologue) Nwambe Siake Kweyap (écrivain, auteur de « Mémoire pour Vagir »). La modération était assurée par Fridolin Ngoue.

Par la suite des associations de femmes, représentant les quatre aires culturelles du Cameroun, et l’Association des Filles Tchadienne de l’Université de Dschang, se sont succédées sur la scène pour chanter et faire chanter le public venu massivement à cette rencontre.

Un défilé de mode, présentant la dernière création de Léo Black Style, a été présenté par des mannequins choisis parmi les plus in de la ville. Des tenues pour enfants et pour adultes pour cette saison particulièrement marquée par les cérémonies de toutes sortes. Ce fut l’un des moments les plus applaudits de ce festival que l’Alliance franco-camerounaise de Dschang donne rendez-vous en 2020, pour la deuxième édition.

Pour rappel, le comité d’organisation était essentiellement composé des femmes de l’Alliance franco-camerounaise de Dschang chapeauté par Madame la présidente du conseil d’administration. Quelques hommes dudit conseils ont été contents d’apporter leur soutien à cette fête de la femme.

La grande photo de famille à l’issue du festival

L’une des problématiques soulevées par la 1e édition du Festival Ecoute-moi Chanter a été l’apport du chant dans l’enseignement des langues maternelles. Selon les conférenciers, cela serait efficace, tant il est vérifié que les chants servent à véhiculer des messages, à s’exprimer.

Augustin Roger MOMOKANA