Conseils régionaux : Le MRC n’ira pas au élections si…

Publié le 29 Mar 2019 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Le projet de loi sur le conseil régional en examen au parlement expose la composition du conseil régional. En ce qui concerne la région de l’Ouest, le conseil comptera 90 conseillers dont 70 délégués départementaux et 20 chefs traditionnels.

Des incongruités ne manquent pas dans ce projet de texte. Par exemple, ce n’est pas la loi, mais la volonté du président de la république qui fixe le nombre de conseillers départementaux, de même qu’il procède au regroupement ou au découpage spécial de certaines circonscriptions.

Une situation, parmi tant d’autres, que le MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun) entend dénoncer malgré les poursuites judiciaires auxquelles plus d’une centaine de ses cadres interpelés et en détention à la prison centrale de Kondengui, sont confrontées.
« Le Directoire du MRC instruit à tous les responsables des structures de base de ce parti, de déposer les déclarations de manifestations publiques pour la journée du 6 avril 2019 ».

Par ces manifestations, le parti de Maurice Kamto entend exiger deux choses : le traitement équitable par les autorités administratives de tous les partis politiques légalisés, et la « révision consensuelle » du Code électorale avant toute nouvelle élections au Cameroun.

Selon le 3e vice-président du MRC, Me Emmanuel Simh, toute tentative « d’organiser des élections au Cameroun avant la fin de la sale guerre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest meurtries et endeuillées » doit être écartée.

Au cas où le gouvernement persistait à organiser les élections régionales, le MRC n’y prendrait pas part, par solidarité aux peuples des régions anglophones en guerre.

Augustin Roger MOMOKANA