Le Cameroun dispose désormais d’une loi attractive pour les investisseurs nationaux et étrangers.

Publié le 22 Avr 2019 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

S.E. Paul Biya, président de la République du Cameroun a signé le 17 avril 2019, un décret fixant les modalités de création et de gestion des zones économiques au Cameroun.

« Une zone économique est un espace constitué d’une ou plusieurs aires géographiques viabilisées, aménagées et dotées d’infrastructures, en vue de permettre aux entités qui y sont installées de produire des biens et des services dans les conditions optimales »
Les zones économiques sont donc indispensables pour attirer les investissements directs étrangers. Donc ce décret vient à point nommé aussi bien pour les investisseurs nationaux qu’étrangers.

La loi identifie une gamme diversifiée de zones économiques. Ce qui correspond à la spécialisation des territoires, en fonction des potentialités chacun. Une zone économique peut être agricole, artisanale, commerciale, industrielle, franche, technologique, scientifique et technologique, touristique, de compétitivité, technopole, agropole, logistique, etc.

Cette loi sur la création des zones économiques arrive à point nommé, dans la mesure où l’accélération de la décentralisation, si elle est effective, devrait conduire à la spécialisation des territoires urbains et ruraux.

Dans ce contexte, et s’agissant du département de la Menoua, il est attendu que le syndicat des communes (SYCOME) et l’Université de Dschang envisagent ou saisissent cette aubaine qui leur est offerte par le législateur. Les perspectives ne manquent pas.

La création d’une zone économique procure de nombreux avantages identifiés par le législateur. Parmi les plus importants, la création d’emplois, le rayonnement socioéconomique de la région d’accueil, le développement de la production des ressources naturelles nationales, l’accroissement de la compétitivité de l’économie nationale, etc.

Prenant l’exemple de la production des ressources naturelles nationales. Lors de la campagne électorale en vue de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018, le président directeur général du Groupe BOCOM a partagé son projet de création de la première sidérurgie dans le département de la Menoua afin d’exploiter la Bauxite de Fongo-Tongo.

Augustin Roger MOMOKANA