30 JEUNES AMBASSADEURS DE LA PAIX DE L’UNESCO FORMES A DSCHANG.

Publié le 03 Juin 2019 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Des jeunes ont plus de chance de faire passer un message de paix auprès d’autres jeunes que les parents ou les adultes. Plusieurs choses les unis : la langue, la confiance, et la génération.

Local Youth Corner et le Conseil National de la Jeunesse (CNJC) pour l’arrondissement de Dschang vient d’animer, avec le soutien de l’UNESCO, une session de formation consacré au renforcement des capacités des jeunes.

« Renforcement des capacités des acteurs et appui pour un processus électoral pacifique en vue de favoriser la cohésion sociale au Cameroun » a mobilisé une trentaine de jeunes étudiants originaires diverses régions du pays.

La session de deux jours, les 29 et 30 mai, à l’Alliance franco-camerounaise de Dschang, a permis aux participants d’être largement édifié sur les notions de Paix, Conflit, Violence, Guerre, ; les types de violence et les typologies de conflits ; les outils et les mécanismes de gestion des conflits ; le cadre légal de résolution des conflits au Cameroun, les femmes et les jeunes dans les conflits et la réconciliation ; la cohésion sociale dans les communautés plurielles.

Réactions

De gauche à droite: Dominique Yatcheung, Adèle, Noël Donfack.

Adèle, Social Youth Corner Cameroon, formatrice

Notre objectif était de former des jeunes pour combattre le discours de haine. Au départ ces jeunes devaient être formés avant l’élection présidentielle. Malheureusement cela n’a pas été possible. Mais comme il y a d’autres élections en perspective nous l’avons fait. A travers ceci nous voulons montrer aux jeunes qu’ils sont les acteurs, pas les victimes. Ils le sont dorénavant pour promouvoir la paix. Nous attendons que de retour dans leur association ils puissent véhiculer le message de manière à ce qu’il y a un grand impact sur la société. En plus ils sont des médiateurs dans leur communauté. Quand un jeune parle à son ami, il ne peut pas lui donner des ordres, comme c’est le sentiment lorsqu’il s’agit des parents.

Noël DONFACK, Ambassadeur de l’Unesco, formateur

Nous avons été formés en décembre. Afin de pouvoir former à notre tour les ambassadeurs de la paix qui vont à leur tour sensibiliser les jeunes sur la question de paix au sein de leur communauté. Nous sommes aujourd’hui dans la ville de Dschang pour mener à bien cette mission qui nous a été confiées par l’Unesco. Ce qui a été pour moi un grand plaisir et un grand succès. Car les participants que nous avons eus ici ont bien appréhendés les notions que nous leur avons donnés. Parce qu’à la fin de la formation ils sont repartis étant beaucoup aguerris, bien outillés sur la question de Paix, Cohésion sociale, et du vivre ensemble. Ils nous ont fait la promesse de mener à bien la mission qui leur a été affectée. Celle se sensibiliser les jeunes dans leurs différentes communautés. Comme vous le savez, de plus en plus, notre pays fait face à de nombreux défis sécuritaires.

Dominique YATCHEUNG, Président CNJC-Dschang, formateur

Il s’est agi de donner aux jeunes de la commune de Dschang les capacités de compréhension des notions de prévention des conflits, et de gestion de la paix au sein de notre communauté. Pendant ces deux jours de formation nous avons articulé autours de cinq grands modules. Comprendre d’abord les concepts de violence, paix, conflit qui peuvent dégénérer plus tard pour donner lieu à la guerre. En suite les stratégies de prévention de ces conflits ont été présentées. En suite il fallait regarder le cadre juridique pour pouvoir gérer un conflit. Comme quatrième module, nous avons outillé les jeunes sur la notion du genre. Quel est le rôle du jeune et quel est celui de la femme dans la prévention des conflits et dans les guerres? Et à la fin il fallait leur donner des notions sur le patriotisme, les notions civiques sur les valeurs. Toute cela afin que nous puissions avoir un fondement valable pour maintenir nos communautés dans la paix. Pour cette formation nous avons réuni 30 jeunes qui représentaient les différentes associations dans notre commune de Dschang. Il fallait préparer les jeunes avec les éléments civiques comme les élections.
Ambassadeurs de l’Unesco parce que cet organisme a sélectionné des associations dans les 10 régions du Cameroun, dont deux à l’Ouest, dont le CNJC –Dschang et Social Youth Corner Cameroon à Mbouda qui ont été choisis pour accompagner et accomplir ce projet.

Joël Landry FOTIE, bénéficiaire


Durant cette session de formation des ambassadeurs de la paix de l’Unesco nous avons r-exploré- déjà nous faisions des choses dans ce sens pour réunir les frères, les camarades- les techniques… et puis les stratégies nouvelles nous ont été apprises. A l’instar des stratégies de médiation. Nous en entendons beaucoup parler, mais comment s’y prend-on ? On est entré en profondeur dans ce que font les jeunes, ce qu’ils se trouvent obligés de faire lorsqu’ils sont dans des zones de conflits. C’est vrai, pour la situation actuelle de notre pays, j’ai personnellement fait un tour à Bamenda dans le but de voir comment était une zone de conflit. Nous remarquons que c’est plus ces jeunes-là qui sont engagés, et parfois même sans savoir pourquoi ils veulent s’affirmer. Ils veulent affirmer leur masculinité, il faut affirmer qu’ils croient en quelque chose ou encore ils peuvent faire quelque chose. Et ils se retrouvent donc entrain de faire un certain nombre de choses. Le combattant ne sait parfois pas pourquoi il se bat. Ce sont des situations qui appellent à réflexion. N’en déplaise que c’est ce qui est. Une formation comme celle-ci nous permet de voir comment amener ceux-là autour de la table. Je pense que s’il m’est donné la possibilité d’entamer les démarches pour un dialogue dans une zone comme celle de Bamenda, je le ferais.

Augustin Roger MOMOKANA