CAMEROUN : L’ÉMOUVANT HOMMAGE DE MAURICE KAMTO A MAMADOU MOTA.

Publié le 17 Oct 2019 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Après sa libération, et le maintien en détention de Mamadou Mota, le président du MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun) rend un vibrant et émouvant hommage à son premier vice-président interpellé, incarcéré et jugé au tribunal militaire de Yaoundé pour avoir marché en toute illégalité.

S’il ne le dit pas, il transpire de son témoignage que le digne fils de l’Extrême-Nord aurait été maintenu en prison pour des raisons bien évidentes. En effet, Mamadou Mota appartient à la région du président de l’assemblée nationale qu’il a dénoncé, il y a quelques années, dans une plainte contre le RDPC (rassemblement démocratique du peuple camerounais) qui avait mis le feu sur le plaque et les vêtements du MRC en représailles à Mamadou Moto qui a converti les populations de l’Extrême-Nord en partisans de Maurice Kamto.

« Je saisis cette occasion pour dire que j’ai une pensée particulière pour Mamadou Yacouba Mota.

Ce monsieur est héroïque, il a forcé mon respect, je n’irais pas dans les détails, mais, très peu de Camerounais peuvent endurer ce qu’il a enduré, avec autant de dignité et de courage.

Nous savons pourquoi on broie Mota, pourquoi on veut le maintenir en prison, pourquoi on veut détruire sa famille, mais, qu’il sache que là où il est, nous nous battrons, et moi personnellement, je me battrais jusqu’au bout de sa liberté.

… Mota a montré la force de ses convictions et je lui rendrais des témoignages, aujourd’hui et demain, et encore tous les temps, peut-être, sans exagération, je dirais jusqu’à la fin de mes jours, parce qu’il m’a montré que je pouvais avoir une vraie fraternité avec un compatriote, qui justement géographiquement, est situé à 1500 km du lieu où je suis né.

Il a montré qu’il pouvait payer un prix aussi fort à cause sa proximité et de son engagement auprès d’un compatriote qui est né à 1500 km de là où il est né.

Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais croyez moi, je suis plus qu’en empathie, je suis en fraternité solide avec ce monsieur, et à travers lui, avec toutes les populations du Septentrion de façon générale et de l’extrême nord en particulier ».

Cameroun / Nouvelles Politiques : Devrait-on brûler ses adversaires ?

Augustin Roger MOMOKANA