TERRORISME : 71 SOLDATS NIGÉRIENS TUES A LA VEILLE DU SOMMET DE PAU SUR LA SÉCURITÉ DANS LE SAHEL.

Publié le 13 Déc 2019 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

71 soldats tués, 12 blessés et plusieurs portés disparus. Le bilan officiel de l’attaque terroriste contre le camp militaire d’In-Ates, au Niger. Elle intervient à la veille du sommet prévu le 16 décembre à Pau, en France, consacré à l’opération Barkhane et à la force conjointe du G5 Sahel.

Le camp d’In-Atès, situé à 260 km de Niamey, près de la frontière malienne, a été attaqué, dans la nuit de mardi à mercredi, probablement par des éléments de l’Etat Islamique dans le Grand Sahara (EIGS).

Soixante-onze (71) soldats sont tombés sur le champ d’honneur, douze (12) ont été blessés et d’autres encore portés disparus, suite à l’attaque de la position militaire des Forces armées nigériennes (FAN), dans l’après-midi du mardi 10 décembre, a annoncé le Ministère de la Défense nationale.

Selon les officiels nigériens, des centaines de « terroristes » sur des motos et des véhicules dont des blindés ont attaqué le poste avancé d’In-Ates.

Ils ont donné l’assaut sur cette position militaire d’In- Ates, localité située à quelques kilomètres de la frontière malienne, dans la région de Tillabéri. Les combats ont été d’une rare violence et ont duré plusieurs heures et malgré la riposte énergique des soldats.

Pour rappel, cette attaque d’In- Atès intervient après celle du lundi 9 décembre dans la région de Tahoua. Elle avait visé le poste militaire d’Angando, près de Tillia. De sources officielles elle a fait la 03 du côté des forces républicaines soldats et 14 dans le camp des terroristes.

Emmanuel Macron a renvoyé à début 2020 le sommet de Pau initialement prévu pour le 16 décembre 2019. Il devait réunir autour d’une même table cinq dirigeants de pays du Sahel et le chef de l’Etat français. La convocation dudit sommet avait été fortement critiquée par des africains qui y ont vu une méthode bien française pour maintenir sa main mise sur les pays sous le prétexte de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme.

Augustin Roger MOMOKANA

Source photo: Rfi