MENOUA – SOCIÉTÉ : A PROPOS DES 3 MORTS DE FOKAMEZO.

Publié le 24 Fév 2020 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Dans l’après-midi du mardi 18 févier 2020 trois élèves, dont deux filles de la classe de 1ère CG au Lycée technique de Fokamezo, sont décédées après avoir consommé du couscous empoisonné.

Les victimes ont pour noms :
– Keleko Tonfack Lucie Léonie (21 ans), élève de la classe de 1e CG au lycée technique de Fokamezo ;
– Dongho Marie Francine (20 ans), élève de la classe de 1e CG au lycée Technique de Fokamezo ;
– La petite Metsiguia Darling (05 ans), élève de maternelle.

Le drame de Fokamezo a pour cadre la concession de « Monsieur Fabien » au quartier Mezap, dans le village Fokamezo, groupement Bafou, arrondissement de Nkong-Ni, département de la Menoua.

La mère de Keleko Tonfack Lucie Léonie a été répudiée de son foyer conjugal il y a quelques mois. Elle a emmené avec elle sa fille Lucie Léonie. Depuis la mère est rentrée chez ses parents où elle vit avec sa propre mère et petite fille Metsiguia Darling. Entre temps, la grand-mère de Lucie est décédée. Et au moment où survient le drame, ses obsèques sont prévues le 29 février.

Ce qui s’est passé

Dans la matinée du 18 février, la mère de Lucie et de la petite a fait sa cuisine- du couscous au ndolè- avant de se rendre au champ. Elle en a mangé, son visiteur – le « mari » qui l’a répudiée- aussi. Elle a ensuite prévu la quantité qu’elle mangera au champ.

Comme d’habitude elle a laissé le repas de ses deux enfants à l’endroit connu par eux. C’est ainsi que dès le retour des classes, accompagnés de trois amies, elles vont se restaurer sans suspicion aucune.

Deux de leurs amies n’ont pas mangé. L’une n’est pas accro au couscous, tandis que l’autre a observé que ce repas dégage une forte odeur de paracétamol.

Lucie, sa camarade Dongho Marie Francine et le petite Metsiguia Darling vont donc consommer le repas. Francine est de Bamendou, le village voisin. Après quelques temps avec ses camarades elle va regagner sa famille. C’est là qu’elle va accuser un état de fébrilité générale. Transportée au centre de santé de Mbing elle rendra l’âme à 20heures.

Pendant que l’on s’inquiète du côté de Bamendou, la situation est toute aussi alarmante à Fokamezo. Les deux sœurs conduites au centre de santé du village ont été aussitôt transférées à l’hôpital des sœurs de Batsengla. Elles y décèdent à 22 heures.

Pour quoi ce drame ?

Vraisemblablement quelqu’un, qui connaît bien la famille, se serait introduit dans la concession, a ouvert la porte, et a injecté du poison dans le repas destiné aux enfants. Avant de disparaître sans laisser des traces. Qui peut-être ? Pour quel intérêt aurait-il décidé d’ôter la vie aux enfants ?

La brigade de gendarmerie de Nkong-Ni a ouvert une enquête en vue de lever le voile sur le drame de Fokamezo.

Augustin Roger MOMOKANA