Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta aux arrêts.

Publié le 18 Août 2020 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

« Nous pouvons vous dire que le président et le Premier ministre sont sous notre contrôle. Nous les avons arrêtés chez lui [au domicile du chef de l’Etat, ndlr]», avait déclaré un militaire se présentant comme le chef des mutins, mais ayant requis l’anonymat. «IBK (le président Keïta) et son Premier ministre sont dans un blindé en route pour Kati ».

Des militaires ont mis aux arrêts le président Malien Ibrahim Boubacar Keïta. Le coup d’Etat est intervenu mardi 18 août 2020 à Bamako, la capitale malienne.

« A l’origine de ce qu’on pourrait appeler par coup d’Etat, un limogeage et la publication d’un document qui porte sur les conditions d’avancement des militaires. En effet, à la veille, le président de la République avait procédé à un limogeage susceptible d’ouvrir la boîte à Pandore par ces temps si fragiles où lui et son régime sont fortement secoués par la rue. Le Lieutenant-Colonel de la Gendarmerie Ibrahim TRAORÉ, jusque-là, chef de la Sécurité Présidentielle a été remplacé par le Colonel-major Ibrahim NOMOKO qui cumule désormais le poste de l’Aide de Camp et de Chef de la Sécurité du Président IBK. »

Ibrahim Boubacar Keïta paie les frais du soulèvement populaire contre sa mal gouvernance du pays rongé par la lutte armée contre les islamistes qui ont pratiquement conquis le nord du pays, et surtout d’une décision portant promotion des soldats aux grades supérieurs.

Selon Jeune Afrique, Ibrahim Boubacar Keïta a été mis aux arrêtes alors qu’il se trouvait dans sa résidence de Sebenikoro, à Bamako, en compagnie du Premier ministre, Boubou Cissé, et de son fils le député Karim Keïta.

« Nous avions dit qu’au XXIe siècle aucun peuple de la planète ne saurait se complaire dans la corruption et la mendicité planétaire sans être décrié par le peuple souverain. Mais sur ce site, nous n’avons eu droit qu’à des insultes », a réagi un Malien à la nouvelle de l’arrestation du président et de plusieurs membres de son gouvernement.

Le coup d’État a commencé par une mutinerie au niveau du camp militaire Soundiata Keïta de Kati ; à 15 kilomètre de Bamako. Les mutins ont d’abord pris le contrôle du camp militaire, avant de prendre le contrôle aussi de la rue, de l’office de radio et télévision du Mali.

Quelques heures après, des officiers ont, qui ont mis aux arrêts les officiers supérieurs de l’armée, ont annoncé avoir réalisé un coup d’État. Le nouvel homme fort de Bamako serait le Colonel Sadio Camara.

Avec abamako.com et Malijet.com

Photo: 45enord.ca