Culture – « Spéciales Vacances en Musique » : ces enfants seront-ils plus sages que leurs ainés ?

Publié le 29 Sep 2020 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

La 12ème édition de « Spéciales Vacances en Musique » a été préparée avec l’appui technique du metteur en scène André TAKOU SAA dans le rôle et aussi de régisseur général. Le spectacle a tourné autour d’une histoire racontée par un sage aux enfants dont le défi est de travailler dur pour être élevé au statut de géants, à l’instar des artistes qu’ils doivent absolument connaitre, comprendre, apprendre, interpréter.

CHILDREN ON THEGIABT’S STEPS

« Nous sommes agréablement surpris par la grande prestation que les enfants de As’a Telong Music Academy nous ont servis ce soir. C’était tout un festival. Nous souhaitons ne plus attendre 12 ans pour le revivre. Nous avons été très intéressé à partir du moment où le thème est axé sur la campagne de riposte contre la Covid-19 ». Comme la centaine d’autres personnes présente dans la salle Menu Dibango de l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang, le préfet du département de la Menoua, MBOKE Godlive NTUA, salut à la fois le créateur d’artistes, les icônes de la musiques camerounaise, ainsi que ces enfants qui ont appris à jouer de la musique.

Des enfants, pour la plupart à peine sevrés du biberon, qui tiennent des instruments de musique et interprètent des « géants » à l’instar de Manu DIBANGO, André Marie TALLA, Anne Marie NDZIE, Prince Nico MBARGA, Pierre TCHANA, Charlotte DIPANDA, BISSI MAG, etc.

Des enfants qui, le temps des vacances, se sont entièrement laissés remplir des bases de la musique ont convaincu le public de la Menoua conduit par le préfet MBOKE Godlive NTUA de ce que As’a Telong Music Academy (ATMA) est entrain de transformer des « nains » en « géants ». Chaque enfant tient magistralement son instrument, son rôle. Et cette soirée du vendredi 25 septembre 2020 sanctionnant la 12ème édition de Spéciales Vacances en Musique a été un vrai régal pour les autorités, pour les parents et pour la vingtaine d’enfants eux-mêmes.

Des enfants qui, « espère » AS’A TELONG, se comporteront différemment des leurs ainés moulés dans la même structure et dont le seul merci est l’ingratitude et la détermination à pousser à la fermeture de l’ATMA. Autant d’espoirs gâchés du fait de la constitution en bande, pressés de gagner de l’argent. Certains-ils se reconnaitront- auraient pu être déjà sur les scènes aujourd’hui en tant qu’auteurs-compositeurs-interprètes. Hélas !

Depuis 12 ans, As’a Telong Music Academy s’est malgré tout impose en matière d’initiation, de formation et de recyclage de musiciens. Ses produits commencent à rayonner au Cameroun et à l’étranger. Ils se trouvent en France, Allemagne, Canada, et bien sûr au Cameroun.

NDA CHI a remporté l’édition 2019 du Concours national de la chanson, Mutzig Star qui est le plus prestigieux organisé au Cameroun, tandis que Bernard GOUFAK Junior s’est vue confier la responsabilité et la direction de l’orchestre de l’Institut supérieur d’Expertise et d’Audit de Lille.

A travers cette soirée en la salle Manu Dibango de l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang(AFCD), c’est un vibrant hommage qui a été rendu « aux géants » de la musique camerounaise. D’ailleurs, une minute de silence a été observée en la mémoire de Manu DIBANGO dont trois chansons ont été magistralement interprétées par les enfants.

Au sortir du spectacle, le directeur de l’AFCD, Jean Willy EKOM, s’est dit satisfait : « Mais nous venons de passer une belle soirée. Elle l’a été davantage quand ces enfants nous ont servi un bel hommage à Manu DIBANGO. L’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang est très content d’avoir été aux côtés de As’a Telong Music Academy pour cet événement. »

L’Autre grande surprise de la soirée, c’est quand les enfants ont amené les chefs traditionnels présents (Sa Majesté TSIDIE Gabriel chef supérieur Bamendou, les chefs TSOBGNI Jean Calvin et MOMO de Johny Baleng et Ndzifeng à monter sur la scène pour la parade Ngou’fô. S’en est suivi un duo de AS’A TELONG et Sa Majesté TSIDIE Gabriel pour deux titres cultes du promoteur de l’ATMA.

Augustin Roger MOMOKANA