Menoua – Rétrocession de l’Hôpital de District rénové et équipé: Le Cercle des Amis du Cameroun triomphe à Dschang.

Publié le 25 Nov 2020 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

« La cérémonie de ce jour est une étape importante, de la marche de l’hôpital de district de Dschang (HDD), vers son érection en Centre hospitalier universitaire (CHU) » : Jacquis KEMLEU TCHABGOU, maire de la Commune de Dschang dans son discours de bienvenue.

Le Cercle des amis du Cameroun (CERAC) dont la présidente fondatrice est madame Chantal BIYA, l’épouse du Chef de l’Etat, a séjourné samedi dernier à Dschang. Les dames avaient à leurs côtés des personnalités de la république dont le ministre délégué auprès du ministre de la Justice, garde des sceaux, Maître MOMO Jean De Dieu, le gouverneur de la région de l’Ouest, AWA FONKA Augustine, le préfet de la Menoua, MBOKE Godlive NTUA, le Sous-préfet et le Maire de Dschang, le directeur général de ENEO, Eric MANSUY .

Le séjour du CERAC, samedi 21 novembre 2020, à Dschang était sous le signe du bien-être. Conduit par madame Grâce DION NGUTE, le CERAC a rétrocédé à l’Etat du Cameroun, l’hôpital de district de Dschang (HDD) rénové et équipé.

Une cérémonie à plusieurs étages : la rétrocession proprement dite, la remise de dons aux femmes et jeunes du département de la Menoua, et le raccordement d’une ligne moyenne tension, équipée d’un transformateur de 160 KVA, raccordée au réseau, à l’hôpital de district de Dschang.

La cérémonie protocolaire a eu pour cadre la place des fêtes de Dschang. C’est ici que les discours et allocutions ont été faits, suivi de la distribution des produits aux associations des femmes et à celles des jeunes venues des six Communes du département de la Menoua. Puis le Cercle des Amis du Cameroun et les autorités ont pris la route de l’hôpital de district de santé pour une visite guidée des lieux.

« Malgré un bilan somme toute éloquent, il faut avouer que le cas de l’hôpital de district de Dschang (HDD) n’a pas été facile, pour le CERAC. Le défi était de taille. Il s’agissait de redonner vie et splendeur à une vieille formation sanitaire, qui ne payait plus de mine après plus d’un siècle d’existence. Il aura fallu une synergie d’actions et des apports multiformes du corps médical, des bénévoles, des partenaires institutionnels et du secteur privé, pour guérir le grand malade dont le pronostic vital était engagé », a indiqué Grace DION NGUTE, coordonnatrice générale du CERAC, représentante de Chantal Biya.

Les dons comprennent le matériel médical et équipements (tables d’accouchement, thermoflash, thermomètres, tricycle, microscopes, tables de consultation, pèse-bébés, ensemble lampes pour bloc opératoire, boîtes de chirurgie, aspirateurs pour bloc opératoire, béquilles, otoscopes, scanner, etc.) les brouettes, arrosoirs, pairs de bottes, engrais chimiques, compost, moulins à maïs, machettes, lunettes de protection, tronçonneuses, tenues et combinaisons, porte-tout, pulvérisateurs, houes, insecticide, entre autres destinés aux associations.

Pour sa part, l’hôpital de district de Dschang a vu la rénovation des laboratoires de biochimie et de bactériologie, la réhabilitation de la cuisine, de la buanderie, la construction d’un bloc d’imagerie médicale, d’un bloc pour les malades de tuberculose, la mise en conformité des toilettes de diabétologie, le dallage des allées.

Magnifiant le geste de la Première Dame, Grâce DION NGUTE a souligné que « L’action de madame Chantal Biya vise au renforcement de l’offre de prise en charge des populations, de l’ensemble du Cameroun. C’est pourquoi […] en plus de vingt-cinq (25) ans, le CERAC a construit ou réhabilité, et/ou équipé plusieurs dizaines de formations sanitaires, dans tous les coins du pays… »

Pour sa part, le médecin chef et directeur de l’hôpital de district de Dschang a salué l’action du CERAC. « Les travaux effectués [qui] ont transformé [leur] cauchemar en une douce réalité, d’un environnement plus sain et viable. […] Donnant à cette institution une architecture nouvelle », s’est félicité Dr Michel NOUBOM, 24e personne à occuper le fauteuil de directeur de l’HDD.

L’intervention du CERAC a non seulement transformé le visage hideux et pitoyable de l’hôpital de district de santé de Dschang, mais surtout il permet aux personnels soignants de travailler dorénavant dans des conditions d’hygiène et technique acceptables ; et aux patients de ne plus se détourner de cet établissement public qui, depuis quelques années, fait face à une concurrence sans merci des formations sanitaires missionnaires.

Vieux de 117 ans, l’Hôpital de District de Dschang compte 170 lits, 22 services ; 205 employés, dont 93 fonctionnaires, pour une masse salariale totale mensuelle de 5 millions 10 mille 665 francs CFA. Cette structure sanitaire compte 07 médecins spécialistes, 12 médecins généralistes, 52 infirmiers diplômés d’Etat, 26 infirmiers spécialisés.

Pour la seule année académique 2019 -2020, il a accueilli plus de 550 stagiaires dont 88 étudiants nationaux et expatriés en médecine, 479 étudiants en soins infirmiers.

Augustin Roger MOMOKANA