Cameroun : Foumban tiraillée par la République et la Monarchie.

Publié le 03 Déc 2020 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Le maire de la Commune de Foumban, madame Patricia TOMAÏNO NDAM NJOYA, a demandé à la justice de jouer son rôle de défenseur de la République dans le conflit qui oppose sa municipalité au palais royal d au sujet de la reconstruction de la Porte de Foumban ravagée dimanche dernier par les flammes.

« (…) pour la République que vous représentez, demandez qu’on arrête ces travaux. Après on va voir à qui appartient l’autorité de demander qu’on commence les travaux, ou qui doit faire les travaux », a lancé madame le maire de Foumban au procureur de la République.

La ville de Foumban, à l’Ouest du Cameroun, connait une crise politique dans fin depuis l’époque où Adamou NDAM NJOYA fut élu maire. Entre son parti, l’Union démocratique du Cameroun (UDC) et le rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) du sultan roi des Bamoun, Ibrahim MBOMBO NJOYA, c’est la braise et le feu.

Le dernier soubresaut en date, les travaux de la reconstruction de la porte de Foumban. L’édifice ravagé dimanche 29 novembre 2020 par les flammes a été engagés par le Palais royal. Ce que ne veut pas laisser faire le maire de la ville. Dans la mesure où l’édifice querellé fait partie des biens publics
« Même si c’est pour eux, ce bâtiment est un bâtiment public. »

Madame Patricia TOMAÏNO NDAM NJOYA a ordonné l’arrêt des travaux. Dénonçant les dérives autoritaires d’un monarque qui bafoue les lois et règlements de la République.

Remettant au Procureur de la république une chemise contenant deux communiqués rédigés et signés par ses soins, Patricia TOMAÏNO NDAM NJOYA demande à l’autorité judiciaire de faire respecter la loi.

« J’en ai assez que mon autorité soit bafouée. Je suis maire de la ville ou je ne suis pas le maire. Vous êtes le procureur pour me protéger ou vous ne l’êtes pas. Ces éléments des forces de l’ordre protègent la monarchie comme j’ai dit aujourd’hui ou ils protègent la république. »

Augustin Roger MOMOKANA

Photo: Le Bled parle