Gouvernance locale – Vote du budget communal : Le conseil municipal de Dschang voit l’année 2021 en or.

Publié le 31 Déc 2020 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Comparativement au budget de l’exercice 2020 qui se chiffrait à la somme de 1 milliard 666 millions 206 mille 319 franc CFA, le budget de la commune de Dschang pour l’exercice 2021 s’équilibre en recettes et en dépenses à la somme de 3milliards 369 millions 186 mille francs CFA.

Comme nous le constatons, le budget de la Commune de Dschang pour l’exercice 2021 connait une hausse de 1 milliard 485millions 162mille 865francs CFA en valeur absolue et 83,13% en valeur relative.

Ce budget voté, comme lettre à la poste, par le conseil municipal de la « mandature des défis » réuni mardi 29 décembre 2020, sous la présidence du maire Jacquis KEMLEU TCHABGOU et en présence du préfet de la Menoua MBOKE Godlive NTUA et du délégué départemental du ministère de la Décentralisation et du développement local est « surprenant et réaliste ».

Si l’opinion peut s’interroger sur les arguments qui militent en faveur de cette hausse très sensible du budget communal, par la voix de son principal artisan, Jacquis KEMLEU TCHABGOU se veut plutôt rassurant et convainquant. Il ne s’agit pas d’une vue de l’esprit car, « Dès que nous avons bien posé le diagnostic, nous avançons sur la base d’un triptyque : planification, programmation, budgétisation. Nous avons ainsi décidé de faire l’îlotage de la ville de Dschang. Il s’agit-là d’une technique fiscale qui permet de fixer l’ensemble des contribuables, de façon claire et détaillée, à travers la division de l’espace commercial en secteurs, placés sous le contrôle d’un conseiller référent, appelé îlotier (…) », rassure Jacquis KEMLEU TCHABGOU.

Pour appuyer son chef de l’exécutif municipal, le conseiller Pierre Marie KENFACK, ci-devant président de la commission des Finances explique, « le budget que nous venons de voter est réaliste eu égard aux fruits de la coopération décentralisée avec nos partenaires-Nantes Métropole, Association Internationale des Maires Francophones, ERA Cameroun, Union Européenne ; Université de Dschang, Africompost, GRET et consorts », aux retombées de décentralisation, à l’accroissement des centimes additionnels communaux ; et le tout avec l’assurance que le contribuable adhère et que les services compétents fassent bien leur travail en terme de recouvrements des recettes ».

Il s’agit en gros, selon le maire de Dschang qui veut « radicalement transformer le visage de la ville de Dschang en exploitant au mieux ses potentialités », de tripler avant tout les recettes propres. Il indique à cet effet que la Commune de Dschang a, préalablement à la tenue de cette session, réalisé une étude de terrain qui lui a permis d’élaborer un registre des contribuables. Document précieux qui permet d’aujourd’hui d’estimer objectivement le taux de recettes dues aux impôts locaux.

Signalons, outre l’ambiance cordiale et sereine qui a prévalue au cours de cette session- la première de l’équipe conduite par Jacquis KEMLEU TCHABGOU en place depuis la clôture des élections municipales du 9 février 2020- deux grands invités de marques : le maire Aboubakar ABBO WAKILI de la commune de Belel, dans le département de la Vina (région de l’Adamaoua), et son homologue Ousmane AMAN SA’ALY de la commune de Pitoa (région du Nord).

Les deux personnalités sont venues à Dschang dans le cadre des négociations de la coopération décentralisée sud-sud ; avec la Commune de Dschang qui est une école de référence pour toute collectivité territoriale qui souhaite se développer sur plusieurs axes dont l’assainissement, l’eau, le management.


De gauche à droite le Maire de Belel et le Maire de Pitoa
« La commune de Belel est semblable à celle de Dschang, par sa géographie physique, son altitude et son microclimat. Mais, les comparaisons s’arrêtent là, parce que tout ce que je viens de vivre relève d’un autre niveau de compétence. Et c’est pour copier tout ou partie de ce que vous faites ici, que je suis là ce jour. Notre municipalité se cherchant encore, je pense que la signature à venir de la convention de partenariat Sud-Sud, entre nos 2 collectivités territoriales décentralisées nous sera tous très bénéfique, dans le cadre de la décentralisation en marche dans notre pays », a déclaré Aboubakar ABBO WALIKI, maire de la Commune de Belel, président du bureau régional des CVUC/Adamaoua, par ailleurs Président du conseil d’administration de la CAMRAIL.

« Je ne suis pas un fonctionnaire. Je suis un homme d’affaires qui a osé, un homme qui a pris sur lui d’accompagner ses populations à sortir de la misère. Et grâce à Dieu, cela me réussit si bien qu’on ne peut aujourd’hui parler de 3 communes du Nord, sans citer Pitoa. A titre d’illustration, nous avons remporté ces 3 dernières années d’affilé les 50 millions francs CFA, du prix « Guichet performance » du PNDP. Je voudrais ainsi par-là dire que je serai toujours présent à Dschang, afin d’aller encore plus loin aux côtés du maire KEMLEU », a pour sa part indiqué Honorable Oumarou AMAN SA’ALY, homme d’affaires-maire de la Commune de Pitoa.

Augustin Roger MOMOKANA