Investissements publics: comment briser le mur de glace entre les Osc et médias ?

Publié le 02 Fév 2021 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

A l’initiative de Zenü Network, 20 personnes représentant des organisations de la société civile (Osc) et des médias ont pris part jeudi 28 janvier 2021, à Bafoussam, à un atelier de renforcement de leurs capacités de communication sur les investissements publics.

Ils sont partis des Bamboutos, des Hauts Plateaux, du Koung-Khi et de la Menoua ; pour prendre part à cet atelier dont l’objectif recherché est une parfaite collaboration entre les OSC et les médias dans le cadre d’un meilleur suivi de l’exécution du budget d’investissement public (BIP).

La formation était axée sur plusieurs modules dont le diagnostic de collaboration entre Osc et médias, les techniques de travail avec les médias dédiées aux Osc et d’approche des Osc pour les médias, l’élaboration d’un plan de travail en tant que Osc et media, la méthodologie de collecte, de traitement et de diffusion des informations autour des investissements publics en général et des chantiers du budget d’investissement public (BIP) en particulier.

L’atelier animé par Michel Ferdinand a permis aux participants d’évaluer le niveau de collaboration Osc-Médias, de relever les goulots d’étranglement, et de proposer des solutions pour une saine collaboration dans l’intérêt de la communauté toute entière.

Ainsi chacun devrait regarder l’autre différemment, mais comme un partenaire de choix pour une lecture critique des investissements publics dans la région de l’Ouest. Dans la mesure où la cohérence de leurs actions serait un atout majeur pour la bonne réalisation du budget d’investissement public.

Cet atelier qui s’inscrit dans le cadre du projet de Suivi des finances publiques locales de la région de l’Ouest (Suivi Finances Ouest) est mis en œuvre par Zenü Network et ses associations partenaires, dans le cadre du Programme d’Appui à la Citoyenneté Active (Procivis), dans 8 Communes de la région. Son déploiement est rendu possible grâce à un financement de l’Union européenne.

Augustin Roger MOMOKANA