Menoua – Nkong-Ni : Le ministre Momo Jean De Dieu ovationné au Lycée de Bafou.

Publié le 20 Avr 2021 par SINOTABLES

Spread the love

Maitre MOMO Jean De Dieu, le ministre délégué auprès du ministre d’État chargé de la Justice, garde des sceaux, séjour dans la Menoua. Le membre du gouvernement a saisi cette occasion pour effectuer une visite de courtoisie au Lycée de Bafou.

« Je suis arrivé au village pour un deuil, celui du professeur Maurice Tsalefac, et j’ai décidé de venir vous saluer, de venir vous encourager. Vous le savez, moi-même j’ai fait ma classe de cours moyen deuxième année à l’école publique d’à côté. »

Accueilli en toute discrétion par le proviseur du Lycée de Bafou, sans doute pour ne pas perturber les cours et les examens pour certaines classes, Maitre MOMO Jean De Dieu a effectué le tour du propriétaire. Partant du bureau du proviseur à la salle des professeurs en passant par la classe de Terminale A4 et la salle informatique.

Devant les élèves en cours de l’ « épreuve zéro » de Français, Maitre MOMO Jean De Dieu a eu des mots justes et suffisants pour les galvaniser à fournir davantage d’efforts pour réussir leurs études. Il n’a pas oublié de leur adresser ses félicitations pour l’observation des mesures barrières dont le port du masque de protection faciale.

« Nous voudrions que demain des futurs dirigeants de ce pays sortent du lycée de Bafou. C’est d’abord pour vous que vous étudiez. Je vous mets en garde, il y aura des gens qui vous diront que ça ne sert à rien d’apprendre. Travaillez et saisissez les opportunités qui s’offrent à vous. Transformez les difficultés en opportunités. Si vous marché et vous vous retrouvez devant une mare d’eau, que faites-vous ? Vous n’y entrez pas, mais vous la contournez n’est-ce pas ? Vous contournez la mare d’eau et continué votre chemin. Les difficultés sont faites pour que vous les surmontiez », a expliqué le ministre aux élèves.

Le ministre délégué s’est particulièrement montré préoccupé par l’accès à l’informatique et à l’internet des élèves du lycée de Bafou. Selon le chef de ce département il faudrait près d’une vingtaine d’ordinateurs pour garantir un accès à tous les 1500 élèves de cet établissement à la manipulation de l’ordinateur. En plus, du nécessaire pour avoir une connexion internet au lycée.

« Aucun État au monde ne peut employer toute sa jeunesse. C’est le secteur privé qui emploie. Alors l’idée de l’État est que les enfants que nous formons aujourd’hui puissent être des créateurs d’emplois. En se mettant à leur propre compte ils créent des emplois. L’idée, monsieur le proviseur, c’est si nous pouvons actionner ce projet à ce qu’à la fin nous puissions avoir des élèves qui sont préparés dans leur tête à embrasser la vie active sans attendre l’État, à à mettre leur génie créatif en marche… »

Cette présentation colorée des besoins en informatique du lycée de Bafou a donc inspiré le ministre MOMO Jean De Dieu. Il a promis de faire quelque chose parce que son souci c’est de préparer l’élève de sorte qu’après son baccalauréat les élèves les plus inspirés puissent se perfectionner en se frottant quelque temps aux plus expérimentés avant de se mettre à son propre compte.

Au moment où il raccompagne le membre du gouvernement, le proviseur du lycée de Bafou, FOTSO Joseph Marie, se réjouit de cette visite inopinée qui, sans doute, a impacté les esprits aussi bien de ses élèves que de ses enseignants, et même des agents de salubrité à l’instar de ce jardinier que le ministre est venu saluer au pied de l’échelle alors qu’il taillait une colonne de sapins.

«Je voudrais saluer monsieur le ministre pour l’importance qu’il accorde au lycée de Bafou. Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’honneur de recevoir dans une institution scolaire un ministre de la république. Cette visite traduit l’importance que le ministre accorde à l’éducation des camerounais en général, et des enfants en particulier.»

Le Lycée de Bafou a récemment été classé 1er établissement scolaire du secondaire le plus propre du département et 5e au classement régional. Une distinction décernée par les services du gouverneur de la région de l’Ouest dans son programme de lutte contre l’insalubrité.

Augustin Roger MOMOKANA