Décentralisation : le budget du Syndicat des Communes de la Menoua est de 87 millions francs CFA.

Publié le 12 Juil 2021 par SINOTABLES

Spread the love

Le Conseil syndical du département de la Menoua s’est réuni jeudi 8 juillet 2021 en la salle des réunions de la préfecture de Dschang. C’était dans le cadre de sa session consacrée au vote du budget pour l’exercice 2021.

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 12 juillet 2021.

Présidé par le président du Syndicat des Communes de la Menoua (SYCOME), DONGUE Paul, ce conseil a connu les présences du préfet du département de la Menoua, MBOKE Godlive NTUA, et du délégué départemental du ministère de la Décentralisation et du développement local (MINDEVEL), NANSEU Yannick.

Le Conseillers syndicaux ont écouté avec une attention soutenue le rapport d’activités du président, ainsi que les projections pour les six mois à venir. Parmi les actions indicatives la prise de contact par vidéoconférence avec Nantes Métropole, l’inscription et l’affiliation du SYCOME à l’AIMF, et l’acquisition et l’aménagement d’un bureau siège, le lancement des études en vue de la mise en place d’un incubateur économique intercommunal, et l’encadrement psychologique des déplacés internes, entre autres.

Pour les six mois à venir, le SYCOME nourrit un grand espoir le projet Municipal Partnership for the Emergency Covid-19. Ce projet sera exécuté dans le cadre d’un partenariat avec la Commune de Vasanello, province de Viterbo en Italie.

Dans la perspective du développement endogène durable les collectivités territoriales décentralisées locales de la Menoua se sont réunies au sein du syndicat des communes dont les compétences embrassent l’eau, l’assainissement, les infrastructures, et bien d’autres.

Aux maires des Communes de l’intercommunalité, le président du SYCOME a prescrit le respect scrupuleux des textes qui régissent le fonctionnement de l’institution communale, et l’écoute de leurs populations. Entre elles les communes doivent faire preuve de solidarité, du vivre-ensemble et de respect mutuel.

Augustin Roger MOMOKANA