Inde : la police tabasse à mort un étudiant congolais à Bangalore.

Publié le 05 Août 2021 par SINOTABLES

Spread the love

« Joël Malu Shindani avait 27 ans. Il était diplômé de licence en management en 2016. Il est rentré en Inde pour une autre formation en informatique », rapporte Radio Okapi.

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 05 août 2021.

En Inde, comme dans plusieurs pays dans le monde, la police dont la mission première est la protection des personnes et de leurs biens s’illustrent assez souvent plutôt comme un bourreau qu’un protecteur.

L’image, preuve d’un acte de barbarie sans précédent, illustre à suffisance le manque de respect de la dignité humaine dont font preuve certaines personnes dont les forces du maintien de l’ordre.

En République démocratique du Congo, l’indignation est à son comble. D’autant que dans ce pays vivent une colonie d’indiens dont certains brillent par leurs actes répréhensibles. Les populations ne se substituent pourtant pas à la justice.

« Qu’est-ce qu’il a fait qui mérite cette barbarie ? Et pourtant dans ce même pays les violeurs de filles jouissent d’une impunité nationale », s’indigne un internaute congolais.

Ce congolais qui pour certains serait un étudiant, et pour d’autres un trafiquant de drogue serait décédé quelques heures après avoir été molesté et placé en garde à vue dans un poste de police.
Une délégation de la famille du jeune étudiant congolais Joel Malu Shindani a été reçue mardi 3 août par le vice-ministre des Affaires étrangères Samy Adubango Awoto.

Convoqué, l’ambassadeur de l’Inde en RDC a expliqué le fait : « Le jeune Congolais avait été piégé par la police indienne. Il a été, par la suite, attrapé avec la drogue. Arrêté, il a fait, quelques heures après, un malaise à la station de la police. Conduit à l’hôpital, il est décédé peu de temps après. »

Furieux de ce comportement criminel de la police indienne, les Congolais ont manifesté mercredi 4 août dans Kinshasa, avec la détermination de saccager les magasins tenus par des commerçants indiens. Le gouvernement les a appelés à la retenue, promettant de tout mettre en œuvre pour élucider les circonstances de cet acte macabre et de rapatrier la dépouille de Joel Malu Shindani.

Augustin Roger MOMOKANA / Photo : Twitter