Extrême-Nord : affrontements meurtriers Arabe-Choa et Mousgoum, la presse tchadienne annonce plus de 10 000 réfugiés camerounais accueillis à Oundouma.

Publié le 17 Août 2021 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 17 août 2021.

Dans la nuit du 10 août 2021, un affrontement meurtrier a opposé deux tribus sœurs dans l’arrondissement du Logone-Birni, département du Logone-et-Chari, dans la région de l’Extrême-Nord. Les pêcheurs et les éleveurs se sont affrontés pour la énième fois.

Les affrontements entre les Arabes Choa et Mousgoum, dans le Logone-Birni, ont fait 12 morts et 48 blessés. Les blessés ont été admis à l’hôpital de district de Kousseri et dans un hôpital de N’djamena au Tchad. Les deux communautés se sont battues à l’aide des armes blanches et des fusils.

« C’est parti d’un fait banal. Quelques populations Mousgoum ont érigé quelques digues pour aménager leur lieu de pêche. C’est à ce même endroit que les bergers Arabes Choa viennent abreuver leur batail », a indiqué le Gouverneur MIDJIYAWA BABARY, pour éclairer la lanterne de la Crtv sur les circonstances de cette crise qui a provoqué la fuite de quelques centaines de camerounais qui se sont réfugiés dans la localité tchadienne de Oundouma au Tchad.

« Un incident est arrivé entre deux personnes, finalement c’est deux quartiers et les communautés entières sans analyser qu’est-ce qui est à l’origine, ils se sont lancées dans les batailles inertribales », explique le gouverneur.

Lire l’article Plus de 10 000 Camerounais réfugiés au Tchad suite à des violences intercommunautaires de notre confrère tchadinfos

Selon le gouverneur MIDJIYAWA Bakary, la voix du dialogue est ouverte pour trouver une solution à cette crise qui, disons-le, n’est pas à sa première expression.

« Nous avons été instruits de tout mettre en œuvre en élargissant à tous ceux qui peuvent apporter leur contribution pour l’apaisement, la paix, le vivre-ensemble », a terminé le Gouverneur de l’Extrême-Nord.

A la vérité le conflit intercommunautaire entre Arabes-Choa et Mousgoum date de plusieurs décennies. Il oppose les éleveurs aux pêcheurs. Ces types de conflits sont nombreux au Cameroun. Il serait souhaitable que des efforts soient déployés pour les résoudre définitivement.

Augustin Roger MOMOKANA Photo: Tchadinfos.com