Entreprenariat : Près d’une trentaine de jeunes camerounais sont en formation au Centre d’incubation de l’Université de Dschang.

Publié le 24 Août 2021 par SINOTABLES

Spread the love

« Nous avons à peu près une trentaine d’étudiants qui ont été sélectionnés pour entrer en incubation. Comme vous le savez, le processus de sélection est très long. Il y a d’abord une présélection, ensuite il y a l’entrée en pré incubation, et aujourd’hui c’est le processus d’incubation qui a véritablement commencé », a indiqué le représentant du Coordonnateur du centre d’incubation de l’Université de Dschang à l’occasion du lancement de la formation en entrepreneuriat de la 4ème cuvée.

Près d’une trentaine de jeunes camerounais et tchadien, pour la majorité des étudiants, sont entrés mardi 24 août 2021 au Centre d’appui à la technologie, à l’innovation et à l’incubation de l’Université de Dschang (CATI²-UDs). C’est dans le cadre de la formation en entreprenariat. Ils y séjourneront jusqu’au 28 août.

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 24 août 2021.

Docteur NANA souhaite apprendre pour mieux transformer ses étudiants en entrepreneurs

« J’ai constaté que la philosophie de l’enseignement aujourd’hui doit beaucoup plus porter sur l’entrepreneuriat. Pour cela nous devons changer le paradigme sur la façon dont nous enseignons nos étudiants. Alors étant donné que nous sommes à la FASA nous devons montrer à ces étudiants qu’ils doivent cultiver et développer l’esprit d’entreprenariat. Faire en sorte qu’ils puissent être capables, à la sortie, de créer des entreprises. Pour le faire les enseignants doivent être suffisamment outillés pour susciter le génie de leurs étudiants ». Docteur NANA Algrient, enseignant à la Faculté d’agronomie et des sciences agricoles de l’Université de Dschang est porteur d’un projet de production et de commercialisation du poisson de table à la Ferme d’Application, étude, Recherche de l’Université de Dschang.

Ces hommes et femmes venant d’Ebolowa, Yaoundé, Buea, Bamenda, Bafoussam et Dschang vont, pendant cinq jours, bénéficier d’une formation de haut niveau en entreprenariat. Certains d’eux ont déjà entrepris quelque chose, tandis que les autres espèrent se mettre en activité après cette formation.

Aussi plusieurs modules de formation seront déroulés par les experts chargés de leur encadrement. Ils portent aussi bien, entre autres, sur le montage des projets que sur la préparation et le montage d’un plan d’affaires, la planification financière, le calcul des coûts des produits et services, l’organisation et la gestion du personnel, le plan marketing, les achats, le capital de démarrage et les sources de financement, en plus des conférences animés par des invités.

Docteur Marc DANDJI, représentant du coordonnateur du CATI²-UDs

« Ce que nous pouvons dire en termes d’innovation, c’est que le CATI²-UDs, dans le cadre de son partenariat avec les structures aussi bien étatiques que privées, bénéficient ce dernier moment de l’accompagnement du Bureau International du Travail (BIT) qui nous a accordés deux bourses. Ainsi deux de nos collègues se sont outillés pour pouvoir véritablement porter cette 4ème cuvée qui entre en incubation aujourd’hui», a expliqué Docteur DANDJI Marc .

Docteur DANDJI Marc qui a présidé la cérémonie de lancement de cette 4ème cuvée du CATI²-UDs au nom du coordonnateur du Centre empêché. En effet, le professeur TCHAMBA Martin se trouve en ce moment hors du Cameroun. Il avait à ses côtés DJEUDJI Gabin et NGNIPA Romary. Ces derniers assurent la transformation des jeunes pendant la semaine de la formation.

Madame Ngo SAMNICK Armelle, maître-formateur et formateur certifié GERME les a récemment formés dans le cadre de la bourse du BIT. Aujourd’hui sa mission a un objectif précis : coacher et évaluer le respect de la méthodologie et l’approche de formation qu’ils ont apprise au BIT par DJEUDJI Gabin et NGNIPA Romary qui aspirent à la certification GERME (Gérer mieux son entreprise).

Séance d’échange d’information entre binômes

Aussi diversifiés que les origines de leurs porteurs, les projets recouvrent plusieurs secteurs d’activités : la production agrosylvopastorale, les technologies de l’information et de la communication, l’artisanat d’art, l’électronique, etc. Deux de ces projets seront exécutés au Tchad, parce que portés par des étudiants originaires de ce pays-frère.

Bon à savoir, la trentaine de candidats entrés en incubation ce jour pour en sortir samedi prochain ont dû franchir plusieurs étapes de la sélection. Ils sont ainsi l’aboutissement d’un long processus qui a commencé par l’enregistrement des candidats (ils étaient plusieurs milliers), la sélection des meilleures idées de projets, la pré-incubation qui permet d’initier les porteurs d’idées de projets au montage de projet d’entreprise. Le CATI²-UDs est ouvert aussi bien aux étudiants qu’aux jeunes de Dschang et de la périphérie qui ambitionnent de devenir des créateurs de richesse.

Meilleur binômes à l’issue des présentation des prises de contact.

« Cette 4ème cuvée est une cuvée chance. Parce que cette cuvée bénéficie de l’encadrement de deux collègues qui ont été recyclés par le BIT pour pouvoir mieux outiller nos jeunes dans le domaine de l’entrepreneuriat. Ces jeunes auront une semaine à passer avec leurs formateurs et les conférenciers invités. Je les invites à les presser comme une orange pour pouvoir tirer d’eux tout le bagage nécessaire pour devenir de véritables entrepreneurs ».

Le CATI²-UDs a été mis en place par le professeur Roger TSAFACK NANFOSSO comme « outil de développement des compétences pour l’entrepreneuriat » et de transformation des jeunes en « créateurs de richesses de demain ». La coordination est assurée par le professeur TCHAMBA Martin.

A l’issue de chacune des éditions précédentes, l’université de Dschang a mis à la disposition de meilleurs projets des fonds d’amorçage. Ce qui a permis aux jeunes entrepreneurs de concrétiser leur rêve.

Augustin Roger MOMOKANA