Dschang – Eboulement de terrain : ils ont eu plus de chance que leur jeune frère de cinq ans.

Publié le 01 Sep 2021 par SINOTABLES

Spread the love

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 1er septembre 2021.

« Il y avait six personnes dans la maison, c’est-à-dire la mère avec ses cinq enfants. Un est décédé, et les quatre autres se trouvent à l’hôpital « des Sœurs » ». AMOUGOU Joseph Désiré est le Commissaire du 2e Arrondissement de la ville de Dschang.

La nuit dernière, mardi 31 août 2021, n’a pas été du tout calme à Toulé. Les habitants de ce quartier situé à moins d’un kilomètre de l’Hôpital Saint Vincent de Paul, à la Grande Mission, ont été privés de sommeil par un terrible éboulement de terrain qui a endeuillé la famille de Monsieur NGUELEFACK.

« Nous étions entrain de dormir lorsque soudain nous avons été réveillés par le bruit assourdissant de quelque chose qu’il s’est cassé. Au même moment nous avons entendu notre mère qui criait, appelant au secours. Nous avons voulu aller voir ce qu’elle avait, et c’est là que nous avons constaté que nous ne pouvions pas parce que nous étions sous les décombres. Peu de temps après, les gens ont accouru et nous ont sortis de là. Par la suite nous avons appris que notre petit-frère de cinq ans est mort. »:NKANYME Brian (12 ans, en noir sur la photo d’illustration)

Un éboulement provoqué par le mur d’une maison en amont a surpris 06 enfants et leur mère dans leur sommeil. N’eut été la prompte intervention des voisinages, le bilan serait de plus d’01 mort.

« Il était au fond des gravats avec la couverture sur la tête. Lorsqu’on a pu le sortir, du sang coulait de ses narines. Il était déjà parti. C’était aux alentours de 23 heures », explique KENFACK Jean, le voisin qui a coordonné l’équipe des sauveteurs bénévoles du quartier.

NGUELEFACK NKONG Marc Noël, 5 ans, est décédé dans cet accident. Les briques se sont écrasées sur sa tête alors qu’il dormait. Les cinq autres enfants ont pu être sortis des décombres et référés à l’Hôpital Saint Vincent de Paul où ils étaient en soins au passage de Sinotables.

Le mur écroulé a été fait en parpaings, mais sur un sol dont la texture n’est pas résistante. De sorte que l’infiltration des eaux a pu provoquer l’éboulement en amont. Il a écrasé 70 % de la maison de ce jeune homme qui se trouvait hors de la ville au moment du drame.

Selon le commissaire du Deuxième Arrondissement, les populations doivent apprendre à respecter les règles d’urbanisme. « Si les architectes et les ingénieurs de génie civile avaient été consultés avant la réalisation de ce chantier, on devrait éviter de tel cas. Pour ceux qui ne le peuvent pas, il faut prendre attache avec les services techniques de la mairie », regrette AMOUGOU Joseph Désiré.

Augustin Roger MOMOKANA