Dschang : des larmes ont coulé abondamment à la place des fêtes de Dschang.

Publié le 04 Nov 2021 par SINOTABLES

Spread the love

Comment certains administrateurs, les préfets ou sous-préfets en l’occurrence, font-ils pour créer une telle complicité avec leurs collaborateurs et leurs administrés au point où la séparation est vécue comme une douleur incontinente ?

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 04 Novembre 2021.

Mardi 02 novembre à la place des fêtes de Dschang, à l’occasion de la cérémonie de passation de commandement entre les sous-préfets entrant et sortant de l’arrondissement de Dschang des larmes ont coulé. Abondamment. Les émotions d’une fraternité créée qui se voit rompue par l’appel du devoir.

Un sous-préfet et son épouse qui coulent des larmes, des collaborateurs aux visages tuméfiés par la douleur de la séparation, une population qui regrette le départ de son sous-préfet. Ce sous-préfet, EKOUME Jules Eric, était tout simplement un ami et un frère pour ses collaborateurs. Il est tout simplement le sous-préfet qu’il faut. Une chef de terre qui ne regarde ni ses collaborateurs ni ses administrés du dessus de sa casquette.

C’est la troisième fois que le département de la Menoua pleure le départ d’un chef terre. L’on se souvient qu’en 2008, les gens ont failli marcher contre la mutation du préfet AWANA ATEBA à Sangmélima. D’ailleurs, à la place des fêtes de Dschang comme à celle de Sangmélima, la quantité de cadeaux et l’affluence avait donné du fil à tordre aux forces du maintien de l’ordre. 3 gros porteurs et 4 coasters avaient transporté les gens de Dschang pour aller accompagner le préfet à Sangmélima.

Ces deux personnalités ont en commun le même tempérament : le service bien fait, l’écoute, l’amitié, la justice, l’équité, et bien d’autres qualités qui manquent à certains de leurs collègues. Ce qui manque à certains c’est l’humilité, l’altruisme, la cupidité avérée, l’arrogance et le jemenfoutisme.

La Menoua porte en cœur AWANA ATEBA et EKOUME Jules Eric. Non seulement ils l’ont bien servi, mais ils ont su lui démontrer que le préfet ou le sous-préfet ne sont pas là pour servir les arbres, mais les êtres humains comme eux-mêmes. Ils ont sur être avec les grands comme avec les petits. Faisant de tous leurs préoccupations constantes. Ces personnalités connaissaient et vivent le vivre ensemble avant que cela ne soit une préoccupation nationale.

Dans ce registre on pourrait également citer un certain ATEBA, sous-préfet de l’arrondissement de Nkong-Ni. Il s’était lui aussi fait l’ami des populations au point qu’il était vu par tous comme un membre de la famille. Ce sont des personnalités que la population évoque avec nostalgie. Qui était à la place de Fêtes de Dschang lors de la passation de commandement entre NASERI Paul BEA et MACHE NJOUONWET Joseph Bertrand ? L’arrivée de AWANA ATEBA –déjà à la retraite- a failli créer une émeute. Toute la population s’est ruée sur lui pour l’embrasser. Heureusement les forces du maintien de l’ordre ont sur faire leur boulot.

EKOUME Jules Eric a pris la route de Bertoua où il sera installé comme sous-préfets. Il est remplacé à Dschang par MBELLA EDJENGUELE Max.

Augustin Roger MOMOKANA