Baham : Les gens ont gâté les funérailles de Wakeu Fogaing.

Publié le 30 Nov 2021 par SINOTABLES

Spread the love

Les funérailles de WAKEU FOGAING, samedi 27 novembre à Baham, fut tout un festival culturel sur deux dimensions : une dimension purement artistique et une dimension traditionnelle et coutumière.

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 30 Novembre 2021.

Sous la coordination de KOUAM TAWA, les artistes ont rempli leur contrat d’adieu à l’un des artistes les plus accomplis de la scène culturelle camerounaise et africaine.

Du colloque, le veille à Bafoussam, aux hommages venus des quatre coins de la terre, en passant par la remise des prix littéraires à sep lauréats, au défilé de mode par Mireille, et à ces prestations époustouflantes de Narc6 Kouokam et Bissy Mag, WAKEU FOGAING peut s’estimer heureux d’avoir eu une vie d’artiste.

Les prix littéraires sont revenus à :

Catégorie Conte :
1er prix : DJUIDJE KAMGAING Samira
2e prix : NOUBISSI Cédric

Catégorie Poésie
1er prix : SIKALI DJOKO Pierre Francis
2e prix : KAMGUIA MAME

Catégorie Humour
1er prix : YAYA Amidou
2e prix : MAGUIA TSEMO Lorena

Catégorie Prix Spécial du jury
– TEKAM (pour ses proverbes)

Ces différentes catégories ont été remises aux lauréats respectivement par Docteur KOUAM Clément, Martin AMBARA, Té Wabo.

Bon à savoir, l’ensemble des prix ont été fournis par un fils du village en la personne de KAMTO Sylvain. La Compagnie FEUGHAM, le patrimoine artistique de WAKEU FOGAING a promis : « nous travaillerons pour que cela s’inscrire dans la pérennité.»

Malgré tout ce qu’ils ont vu et entendu au sujet de leur fils, les notables et le chef du village ont pris sur eux de gâter les funérailles de WAKEU FOGAING.

Le successeur qui a été présenté au public, sans faire l’objet de contestation par la famille Souop WAKEU, a tout de même été dénoncé par quelques gens du village dont un patriarche très remonté contre le chef du village et ses notables.

« Ce que vous venez de faire n’est pas admissible. C’est incroyable. Ça ne va pas marcher. Vous détruisez vos propres concession ». Voilà l’interprétation d’une envolée oratoire de ce patriarche. Elle a été traduite à notre reporter par deux habitants pris sur le volet.

WAKEU FOGAING n’était pas seulement un artiste, il était aussi un notable dans son village Djemgbeu. Son frère cadet a été désigné pour lui succéder, alors qu’il possède des enfants de ses entrailles. C’est cela la curiosité de ces funérailles qui, malgré les prestations artistiques peuvent être désormais vécues comme une plaie qu’il faudra tôt ou tard soigner.

A l’Ouest Cameroun, lorsqu’un chef de famille décède. Son successeur est choisi parmi ses propres enfants. Si plutôt que ses enfants il se fait succéder par son frère, c’est qu’il n’était pas à sa place. A supposer que WAKEU FOGAING n’était pas à sa place, cela suppose que la notabilité a été rétrocédée à qui de droit et que l’un de ses fils sera désigné pour lui succéder non plus comme SOUOP WAKEU, mais comme WAKEU FOGAING Sylvain.

Ce qui s’est passé peut signifier que WAKEU FOGAING avait bénéficié des faveurs des notables au détriment de son frère pour succéder à leur père. Si tel avait été le cas, ce n’est pas de cette façon qu’on aurait dû arranger les choses pour restituer le siège de SOUOP WAKEU à son légitime propriétaire.

Augustin Roger MOMOKANA