Dschang : 02 personnes tuées par des « éléments de l’armée ».

Publié le 13 Déc 2021 par SINOTABLES

Spread the love

Des hommes en tenue (effectif entre 5 et 08 personnes selon les sources présentes sur le lieu), armés des fusils d’assaut et de poignards ont semé la terreur au Platinium Lounge VIP, dans la ville de Dschang. Cet assaut s’est soldé par deux morts, de nombreux blessés et des dégâts matériels importants.

« Carte d’identité ! Pang ! Couchez-vous ! Pang ! Pang ! Carte d’identité ! Pang !»

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 13 décembre 2021.

02 jeunes personnes sont mortes la nuit dernière dans une bagarre avec des civiles identifiés comme des éléments du 54e Bataillon d’infanterie Motorisé (54e BIM). De sources concordantes tout serait parti d’un morceau de viande rôti suivi de l’impossibilité par le vendeur de rembourser 200 francs.

L’affaire a commencé au Panama, et s’est achevée au Platinium Lounge VIP. Les deux Snacks bars sont voisins, à un jet de pierre de l’entrée du « Marché A » de Dschang. Le Platinium Lounge VIP occupe le site de l’ancien Royal Dream.

Ce qui s’est passé ?

Aux environs de 2h30, un militaire en civile s’est amené et a acheté de la viande rôti. Le rôtisseur n’avait 200 francs pour le remboursement. L’homme en tenue aurait voulu récupérer son argent. Le vendeur s’y serait opposé arguant qu’il ne peut laisser quelqu’un partir avec sa marchandise et son argent. Le ton est monté entre le vendeur et son client. Dans cette discussion le rôtisseur aurait reçu une gifle. C’est ainsi qu’un troisième larron serait entré en scène. D’un seul geste il a appliqué deux gifles et un coup de tête qui a écrasé la bouche du client. On est au PANAMA.

Se sentant humilié, le client se serait retiré vers le Platinium Lounge VIP, non pas pour s’en aller, mais pour appeler ses collègues en renfort. A l’arrivée de ces jeunes hommes dont le sommeil a visiblement et interrompu, aucune explication n’est demandée: Bastonnades à l’extérieur d’abord, puis irruption dans le snak bar.

« Carte d’identité ! Pang ! Couchez-vous ! Pang ! Pang ! Carte d’identité ! Pang! »

Le bilan aurait été plus lourd si un client n’avait appelé un de ces militaires enragés dans une langue maternelle. C’est pendant leur causerie que plusieurs clients ont pu sortir du Snak Bar. Le gars qui est mort s’était caché derrière une voiture et ils l’ont vu. Ils l’ont capturé. L’un d’eux l’a poignardé au niveau des épaules, et un autre a ouvert le feu sur lui. Il s’est écrouler et a rendu l’âme.

Alerté, un monsieur est arrivé et s’est présenté comme étant le commandant du Camp Militaire. Les soldats avaient déjà disparu. Le monsieur s’est fait aider et on a retrouvé trois cartouches qu’il a emportés. Cela lui permettra de savoir qui sont ces gardiens de la République qui ont semé la mort à Dschang. Plus de 25 coups de feux en quelques minutes.

Le préfet de la Menoua, le procureur de la République, la police, la gendarmerie, la sécurité militaire et ont effectué une descente sur les lieux tôt ce lundi matin. Le premier corps déposé à la morgue vient d’être retiré par la famille qui va l’inhumer à Lefang son village. Nous n’avons de précision quant à ce qui concerne l’autre victime qui était sous soins intensif et qui a lui aussi rendu l’âme.

Ce n’est pas la première fois que des soldats s’illustrent par des actes aussi immoraux caractérisés. Il y a quelques années, c’est au niveau du snak bar Cour Suprême qu’une action similaire s’était produite. L’un des portiers avaient et poignardé au ventre et n’a eu la vie sauve que grâce à une prise en charge rapide et professionnelle de l’hôpital de district de Dschang.

Augustin Roger MOMOKANA