Présidence de la Fecafoot : Les trois grands murs en face de Samuel Eto’o Fils.

Publié le 13 Déc 2021 par SINOTABLES

Spread the love

Samuel ETO’O, 40 ans, a été élu président de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT), ce samedi 11 décembre 2021 dans un hôtel de Yaoundé. Il a obtenu 43 voix contre 31 pour son challenger SEYDOU MBOMBO NJOYA. Sur un total de 74 votants sur les 76 inscrits.

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 13 décembre 2021.

Cette élection ne s’est jouée ni grâce au lamido de Garoua (Sa Majesté Ibrahim Souleymanou El Rachidine), ni grâce à Yoki Onana, ni grâce à Tagouh Justin, encore moins grâce à Baba DANPOULO. En âme et consciences, les délégués ont tout simplement décidé de donner sa chance à Samuel ETO’O. Mus par son souci de revitaliser et de développer le football camerounais.

Elu samedi 11 décembre 2021 à la tête de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT), Samuel ETO’O prend ainsi le fauteuil occupé par Seidou MBOMBO NJOYA élu en 2018. Le prince du Noun a eu un mandat des plus compliqués, à cause de multiples recours judiciaires intentés par certains responsables du football.

Seidou MBOMBO NJOYA a envoyé ses félicitations à son adversaire. Un signal fort qui traduit son admiration et son soutien à Samuel ETO’O dont la victoire traduit, non pas seulement sa grande capacité à mobiliser pour le football, mais aussi la détermination du président Paul BIYA à éviter tout désordre pouvant ternir la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) que le Cameroun accueille et dont le coup d’envoi est prévu le 9 janvier 2022 ; et sans oublier l’autocensure opérée par certains délégués très soucieux de l’avenir du football camerounais.

Après l’élection, Samuel ETO’O doit faire face à deux importants obstacles : la requête d’annulation brandie par Abdouraman Amadou et le problème de la représentativité des anglophones dans son conseil exécutif. Aucune dynamique d’éclat, quelle que soit la volonté et les moyens colossaux de Samuel ETO’O, ne sera possible qui les acteurs du football sont campés chacun dans son camp.

S’agissant du recours en annulation, avant l’élection, par Abdouraman Amadou, il serait prêt et sera déposé ce lundi 13 décembre auprès du TAS (Tribunal Arbitral du Sport). Cette menace doit être prise très au sérieux car il s’agit d’une question du droit et non du fanatisme. Samuel ETO’O devrait se faire humble, et rencontrer Abdouraman AMADOU pour l’abandon de cette requête.

Pour ce qui concerne la représentativité des anglophones, l’on note que le bureau exécutif mis en place totalise un seul anglophone sur 19 membres. Ce qui est un réel problème dans un pays où cette couche clame sa marginalisation. Des réactions ont commencé à fuser, venant des milieux anglophones. Samuel ETO’O sait très bien qu’une fois les élections passées, il a une seule possibilité de se rattraper : nommer prioritairement des Anglophones à la tête de commissions.

Le troisième et dernier mur que Samuel ETO’O devra démolir concerne sa propre personnalité. Il a recousu les tensions entre lui et ses coéquipiers certes, il n’en demeure pas moins qu’il prend en charge une organisation qui abrite des sensibilités multiples. Quelles soient footballistiques ou politiques, et même culturelles. Il a l’obligation, s’il veut véritablement réussir, se passer de son égo surdimensionné qu’il justifie par ses prouesses sur le terrain. Parce que qu’il se trouve ici très loin des stades de football, même s’il travaille pour que les stades de football se portent mieux.

Quoi qu’il en soit, Samuel ETO’O devrait se préparer à résoudre ces deux crises, avant de se mettre sereinement au travail. Il le sait, son mandat ne doit être forcément celui de la rupture, mais celui de la réconciliation. Oui ! Pour reconstruire le football camerounais, ses dirigeants ont l’obligation de prôner la réconciliation. Réconcilier non seulement les acteurs du football, mais aussi réconcilier le public avec le football. Cela est possible, pour que l’équipe conduite par l’ancien goaléador des Lions Indomptables face preuve d’ouverture et d’humilité.

Bureau du Comité Exécutif de la Fédération Camerounaise de Football issu des élections du 11 décembre 2021 :

Président : ETO’O Fils Samuel (Littoral)
1er Vice-Président : EKO MENDOMO Céline (Sud)
2E Vice-président : Boubakari Bello (Extrême-Nord)
3e Vice-président : Arthur DJAMPIR (Est)
4e Vice-président : Junior NJALLA QUAN (Sud-Ouest)

Découvrir la composition du nouveau Comité Exécutif de la FECAFOOT


Augustin Roger MOMOKANA