Menoua : Vives émotions à l’enterrement de Feudjo Bryan Francel poignardé par son ami.

Publié le 07 Fév 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Poignardé à mort par un « ami » le 3 février, FEUDJO Bryan Francel a été inhumé samedi 5 février 2022à Bafou, dans le département de la Menoua.

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 07 Février 2022.

« Je l’ai vu après qu’on l’ai poignardé. Il courrait en demandant de le sauver. Il est tombé devant un kiosque où on vend les beignets. Il a dit à l’homme présent qu’on l’a poignardé à l’aide d’un tire-bouchon. Il saignait abondamment. L’homme l’a transporté dans un porte-tout et l’a transporté pour l’hôpital Acha. Et juste à l’entrée de l’hôpital, il a rendu l’âme. Il était environ 15h », rapporte notre confrère teleasu.tv, citant un témoin.

FEUDJO Bryan Francel, 14 ans, élève en classe de seconde au Collège Nanfah dans une bagarre avec des amis du quartier.

Ce jour-là, après l’école, sa grand-mère maternelle MEUFO Julienne l’envoie porter le maïs au marché. Elle-même se rend au marché de New Bell pour acheter les arachides.

Au lieu d’aller à la course, FEUDJO Bryan Francel va voir ses amis et le groupe se réfugie au Lycée Bilingue de Bépanda pour une partie de « jambo ».

Ce jour-là, la chance sourit à FEUDJO Bryan Francel. Il accumule jusqu’à 1000 FCFA de gain. Il décide d’abandonner la partie, sans doute pour aller remplir la mission à lui confiée par sa grand-mère.

C’est ainsi que son « ami », KAMGA Alfred, s’interpose et exige qu’il leur rende une partie de l’argent qu’il vient de gagner. Bryan résiste pendant un temps. Avant de recevoir un coup de poing en guise d’avertissement.

FEUDJO Bryan Francel veut riposter, c’est alors qu’il est retenu par les autres joueurs de cette partie du jeu de cartes.

C’est dans cette bousculade que KAMGA Alfred, qui serait connu pour être un garçon frondeur, sort le couteau et poignarde son adversaire au cou. Il ne peut pas se défendre, parce que ayant les mains mobilisées au dos.

«Je suis rentré vers 16h30. A mon arrivée à la maison, je trouve l’attroupement hors et dans la maison. Je demande ce qui se passe. On me demande de venir et de me calmer. Une fois à la cours de ma concession, on m’informe qu’on a poignardé Bryan jusqu’à ce qu’il est mort. Je me demande comment cela est possible alors que je l’ai laissé à la maison avant de sortir. J’apprends qu’on l’a poignardé à l’école publique de Bépanda », témoigne la grand-mère.

Les obsèques de FEUDJO Bryan Francel ont eu lieu samedi 06 février à Nzennoh, plus précisément au niveau de Carrefour de trois villages (Bafou, Baleveng et Bamendou). C’était en présence d’une foule nombreuse de parents, amis de la famille et compatissants.

Augustin Roger MOMOKANA