Dschang : voici le message surprenant du Sous-préfet à un chef traditionnel.

Publié le 09 Fév 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Le sous-préfet de l’arrondissement de Dschang est en tournée de prise de contact dans son unité de commandement. Il s’est déjà rendu dans plusieurs localités dont le centre-ville et le groupement Fotetsa.

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 9 Février 2022.

Sinotables vous propose un message envoyé par Whatsapp par le sous-préfet de l’arrondissement de Dschang au chef supérieur du groupement Fotetsa.

Le groupement Fotetsa est sur l’axe F4, à 10 km de la ville de Dschang. Il compte une douzaine de chefferies de 3e degré dont Mengang, Wonlah, Toula I, Toula II, Makong, Zinpwet, Melah, Assue, Titsue, Zemlah, Fialah.

*Bonsoir Majesté !*

Merci pour l’accueil Chaleureux que les Populations, les Chefs Traditionnels de 3ème Degré, le Chef de Groupement Fotetsa, les Notables et les Élites m’ont réservé, ainsi qu’à la Délégation qui m’accompagnait.

Le Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Paul BIYA, m’a envoyé ici à Dschang, pour servir nos Populations.

Nous trouverons ensemble des solutions à nos problèmes. Les difficultés et les incompréhensions ne peuvent pas manquer dans les Grandes Familles. Mais à chaque fois, nous prendrons la peine de laver notre linge sale en famille et non plus en public. Je tiens à ce que mes Chefs Traditionnels soient respectés par tous, qu’ils retrouvent leur place sacré et qu’ils restent eux-mêmes dignes face à tous ceux qui voudront les déstabiliser. En tout cas, j’y tiens et je le ferai savoir à tous, durant mon séjour ici à Dschang. Ils sont les Auxiliaires de l’Administration. Celui qui les offense ou les combat, est contre l’État et l’Administration. Et je ne tolérerai pas ce genre de comportements qui tendent à mépriser mes Chefs Traditionnels. Je les défendrai partout et en tout. Et je leur prodiguerai aussi des conseils en cas d’égarement, parce que nul sur cette terre n’est parfait.

Nos Ancêtres et le Dieu Tout Puissant nous y aideront.

Les problèmes qui déchirent la famille ne manquent pas. Ainsi, le sous-préfet MBELLA EDJENGUELE Max en a déjà sur sa table. Dans une lettre à lui adressé ce 1er février 2022, le préfet de la Menoua, MBOKE Godlive NTUA, l’instruit de « bien vouloir faire noter au Chef Supérieur du Groupement Foto que la création de nouvelles chefferies traditionnelles avait été suspendues sur ordre du Président de la République en 1995 ». Ceci afin que le chef supérieur Foto cesse toute manœuvre devant aboutir à la division de la chefferie de 3e degré du village Tchoualé en deux entités.

Dans sa correspondance, le préfet du département de la Menoua, citant le Ministre de l’administration territoriale, fait savoir au chef supérieur Foto qu’un chef supérieur « n’a pas compétences pour créer des chefferies traditionnelles ».

Effectivement, la loi n° 77/245 du 15 juillet 1977 portant organisation de la Chefferie traditionnelle stipule, en son article 7, que « Les Chefferies de 1er degré sont créées par Arrêté du Premier Ministre, celles de 2ème degré par le Ministre de l’Administration Territoriale et celles de 3ème degré, par le Préfet. »

Lire aussi Cameroun : zoom sur le décret n° 77/245 du 15 juillet 1977 portant organisation de la Chefferie traditionnelle.

Augustin Roger MOMOKANA