Coulisses du Pays : des gens ont fait du projet de construction du stade municipal de Dschang une surenchère politicienne.

Publié le 09 Mar 2022 par SINOTABLES

Spread the love

« Vous ne pouvez pas dire lundi soir que vous êtes contre un projet et vous réveiller mardi avec une pétition pour dire oui au projet. Il s’agit d’une opération de surenchère politicienne doublée de tentative d’extorquer de l’argent à la FECAFOOT.»

La proposition de la FECAFOOT de construire un stade municipal à Dschang a créé et nourri chez certains des appétits qu’il faille comprendre. Dans un premier temps, des familles dont celle du chef du village abritant le site disponible et dédié ont signifié au Ministre du Cadastre, des domaines et des affaires foncières (MINCAF) leur opposition, avant d’opérer un revirement spectaculaire en adressant curieusement au président de la FECAFOOT et non plus au MINCAF une motion de soutien traduisant leur adhésion au projet. Qu’est-ce qui s’est passé pour que l’on en arrive là ?

D’un, la réaction d’opposition, en date du 24 février 2022, de certaines familles se passant pour les propriétaires du site destiné, depuis la mandature du maire Docteur TSOBGNY PANKA Paul (1985-1995), à la construction du stade municipal à Dschang n’était donc qu’une manœuvre de distraction, un chantage visant à extorquer de l’argent à la FECAFOOT.

De deux, sous la mandature du maire Sa Majesté Baudelaire DONFACK, le président de la FECAFOOT TOMBI AROKO SIDIKI avait trouvé des partenaires pour construire 12 stades dans 12 villes du Cameroun. La convention y afférente avait été signée à Bertoua par les 12 maires dont celui de Dschang d’une part, la FECAFOOT et son partenaire financier d’autre part. « Lorsqu’on a chassé TOMBI AROKO SIDIKI de la FECAFOOT, ses partenaires l’ont suivi ». Bien avant TOMBI AROKO SIDIKI, le ministre Philippe MBARGA MBOA avait effectué, sous la conduite de NJOYA Ibrahim alors directeur du CENAJES de Dschang une visite de ce site. C’était en 2005, en marge des Jeux Universitaires à Dschang. En 2010 (?), lors du championnat de vacances ALEGUE dont était le parrain, S.E. Roger MILLA avait invité le maire de Dschang, Docteur Bernard MOMO, à indiquer un site pour qu’il fasse construire par MTN un stade municipal à Dschang. Cette demande faisait suite à un entretien qu’il avait eu dans son hôtel avec Monsieur KUETE Michel alors enseignant au CENAJES. Au cours de cet entretien son interlocuteur lui avait indiqué, à partir de la fenêtre de l’Hôtel Place de la Météo, le site destiné à la construction du stade municipal de Dschang.

Contact: 675785020

Aucun doigt ne s’était jamais levé pour s’opposer à la construction du stade municipal de Dschang sur le site de Tsinkop où, jusqu’à ce que Samuel ETO’O remette sur la table ce fameux dossier. TAKOUDOUM Cyrille, le porte-parole des familles « rebelles » est un inconnu dans le village. Comment un inconnu a-t-il pu mobiliser jusqu’à la famille du chef du village contre un projet de développement aussi attendu ?

De trois, la sortie épistolaire du chef du village Tsinkop (plus connu sous l’appellation Kemtsinkop), avec curieusement une liste de 109 signataires, est perçue comme une victoire sur les forces obscures. Sauf qu’elle transpire la volonté de quelques individus de saisir l’occasion de ce projet de la FECAFOOT pour séduire à la fois les populations et les autorités gouvernementales et fédérales. Ce chef de village en rien concerné par le terrain dès lors qu’il s’agit d’un domaine communal, figurait d’ailleurs dans la liste des familles mobilisées par TAKOUDOUM Cyrille ci-devant porte-parole des « opposants au projet sur ce site». Qui lui a tiré les oreilles ? Le maire de la Commune de Dschang ? Le chef supérieur Foto ? Les élites du village Tsinkop?

En tout cas, les contestataires avaient déjà suscité des appétits chez certaines communes, à l’instar de celle d’Akonolinga. Ces communes se sont portées disposées à mettre à sa disposition de la FECAFOOT un site pour la construction d’un stade municipal au cas où les fils de la Menoua n’en voulaient.

En conclusion, « la vérité serait que si à Japoma on a indemnisé les gens, si à Olembe on a indemnisé les gens, pourquoi pas à Dschang ? Si ça avait été un financement de la Commune, ces personnes qui se désolidarisent de TAKOUDOUM Cyrille n’auraient jamais émis la moindre objection sur un site qui n’est pas leur propriété. Maintenant, ils ont appris que c’est la FECAFOOT qui va construire le stade avec l’argent mis à sa disposition par le PNUD. Alors ils veulent leur part, même si le terrain ne leur appartient pas. De quel terrain parlent-ils ? Ils ont été montés ! », a confié une source avisée à Sinotables.

Que les personnes qui se sont établies sur le site puissent le déguerpir. Et afin que les travaux de construction du stade municipal de Dschang démarrent. Le maire de Dschang vient ainsi de marquer des points car, ceux qui hier lui demandaient d’aller voir ailleurs ont fini par se débiner. L’encourageant même, à la grande surprise générale, de saisir la FECAFOOT afin que le chantier démarre, peu importe l’état d’occupation partielle du site de Tsinkop.

Augustin Roger MOMOKANA