Cameroun : commercialisation et consommation de la « Chicha » interdites.

Publié le 14 Mar 2022 par SINOTABLES

Spread the love

C’était devenu la mode. Dans les bars comme dans certains coins non commerciaux. La pipe à eau a pignon sur rue et les jeunes s’en réjouissent sans état d’âme.

« Est-ce qu’ils vont donc s’assurer que la mesure est appliquée ? Ça fait combien d’années qu’on a interdit les whiskies en sachet par exemple ? Pourtant on continue à en vendre au vu et au su de tous », s’interroge @petit_ecolier.

Conscient des répercussions de cette consommation sur la santé humaine, le ministère de l’administration territoriale vient d’interdire sa commercialisation ainsi que sa consommation.

Dans un message porté aux préfets et aux responsables régionaux des forces du maintien de l’ordre, le gouverneur de la région de l’Ouest, AWA FONKA Augustine, demande de prendre des mesures exécutoires pour mettre un terme à la commercialisation et à la consommation de la pipe à eau.

La pipe à eau communément appelée « Chicha » est une drogue dont le degré de toxicité a été prouvé par des analyses recommandées par le Comité National de Lutte contre la Drogue.

«Ledit comité au cours de sa session tenue le 19 janvier 2022 au ministère de la santé publique a réitéré ladite suggestion en guise de recommandation ».

En application de cette recommandation, le ministre de la Santé publique a écrit à son homologue de l’Administration territoriale pour demander que des mesures et dispositions pratiques soient prises pour lutter contre cette substance dont la consommation gagne du terrain.

En se référant aux préfets et chefs régionaux des forces du maintien de l’ordre ce 10 mars 2022, le Gouverneur de la région de l’Ouest annonce, de fait, que la consommation de la « Chicha » dans la région est interdite. Ainsi tout vendeur ou consommateur sera passible des sanctions prévues par la réglementation en vigueur.

« C’est pour les personnes qui fréquentent les lounges nyassmoi, le Bliss, le bangalux et autres. Ce style de milieu sinon ça ne me concerne pas », rassure @Marie08885659.

Pourvu que cette décision ne fasse pas l’objet d’une application à tête chercheuse. L’on se souvient que malgré son interdiction le whisky en sachet résiste tant et si bien que nous pouvons nous en procurer dans la boutique du quartier.

Augustin Roger MOMOKANA