L’ambassade de France n’a toujours pas ordonné la levée des scellées sur le compte bancaire de l’Alliance : le personnel dans l’indigence.

Publié le 08 Avr 2022 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

En représailles au conseil d’administration, qui a finalement démissionné, l’ambassade de France a saisi la justice pour obtenir le blocage du compte bancaire de l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang.

La crise dure depuis janvier. Les grands perdants ce sont les employés. Depuis le déclenchement de cette guéguerre, ils sont demeurés sans salaire. La commission ad hoc régionale d’enquêtes administratives constituée par le gouverneur de la région de l’Ouest s’était pourtant montrée très préoccupée par cette situation.

Pourtant la démission du conseil d’administration mis en cause et la programmation avortée de mettre sur pied un comité transitoire de gestion laissait entrevoir le déblocage imminent de cette situation.

L’argent ne manque pas dans ce compte. Il serait même en surliquidité, comme l’a laissé entendre le président du Conseil d’administration dans son allocution de démission.

Le risque est donc gros de voir cet argent servir à autre chose, surtout lorsqu’on sait que les comités transitoires de gestion sont souvent des poncifs financiers.

Pour rappel l’AFCD, du temps qu’elle était administrée par les coopérants français, recevait une subvention annuelle de l’ordre de cinquante millions FCFA.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Dschang, avec pour mot(s)-clé(s) Dschang, AFCD, Compte bancaire, Ambassade de France, démission, commission transitoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.