Cameroun – 50e Fête du 20 mai : le véritable souci n’est pas l’unité nationale, mais ces millions d’enfants dont l’avenir est un gros nuage.

Publié le 21 Mai 2022 par SINOTABLES

Spread the love

« Forces de défense et de sécurité au service du peuple, pour la préservation de la paix sociale et de la cohésion nationale, gage de l’émergence du Cameroun » est le thème du Cinquantenaire de la Fête nationale de l’Unité célébré le 20 mai 2022 sur l’étendue du territoire national.

Quel plaisir ça fait de voir ces milliers d’enfants battre le macadam de la Place des fêtes de Dschang ! Ils ne s’étaient plus offert ce bonheur depuis l’intrusion dans notre pays de la Covid-19 en 2020. Cette année 2022, contrairement à 2020 et 2022 leur redonne de la joie et de l’assurance.

Un carré des étudiants étrangers à l’université de Dschang

Pourtant, cinquantenaire de la Fête Nationale de l’Unité, les enfants des écoles primaires, des collèges et lycées, des écoles de formation et des universités ont arboré leurs plus belles tenues pour venir exhiber aux yeux et à la conscience des pouvoirs publics et de leurs enseignants, de leurs parents et de tous les autres Camerounais leur élan patriotique et leur loyauté sans mesure pour le Cameroun.

Le Préfet de la Menoua, le Recteur de l’Université de Dschang, le Sous-préfet de l’arrondissement de Dschang, le Maire de la Commune de Dschang, et tous les autres ont donc cette lourde responsabilité de mobiliser les moyens nécessaires afin que si ces enfants ne pourront pas tous être des fonctionnaires de l’Etat, qu’ils soient au moins des Camerounais responsables, respectables, des personnes sur qui le Cameroun peut compter pour bâtir son avenir.

Situation sanitaire du pays commande, la grande parade du 20 mai à Dschang a taillé en chacun des souvenirs qui résisteront à l’usure du temps. L’attitude fière et altière des enfants, leurs pas cadencés et synchronisés sur leurs voix innocentes, leurs tenues chatoyantes, les démonstrations des majorettes, des judokas et karatekas, les chants patriotiques à faire bouger les montagnes, etc.

Le défilé militaire n’est pas passé inaperçu. Des femmes et hommes disponibles en tout temps et en tout lieu pour défendre la patrie, assurer et garantir la sécurité des personnes et des biens. L’armée, la police, l’administration pénitentiaire, les anciens combattants ont fait montre de leur loyalisme à l’Etat dont ils assurent la sécurité des institutions.

Pour sa toute première fête du 20 mai, le préfet MBOKE Godlive NTUA est comblé. Même s’il a dû attendre deux ans, soit du mercredi 16 octobre 2019 – jour de son installation à la tête du département de la Menoua – au 20 mai 2022, pour goûter aux délices d’une fête nationale de l’unité dans la Menoua.

Il se souviendra longtemps, aussi, de ces travailleurs qu’il a décorés. Des clameurs assourdissantes des familles et des collègues mobilisés pour savourer, avec les heureux récipiendaires, ces récompenses du travail bien accompli.

Des prix ont été remis aux établissements scolaires méritants. Diverses compétitions ont permis aux établissements scolaires et associations de se confronter : match des incollables, danses moderne et danses traditionnelles, bras de fer, etc.

S’agissant du défilé, on constate qu’à Dschang, le sous-système anglophone tient la dragée haute. Impossible de pour le sous-système francophone de lui ravir la vedette. Parce que les promoteurs anglophones investissent suffisamment non seulement pour être les meilleurs, mais aussi pour donner un rayonnement admirable à leur établissement.

Un leader du monde rural entouré des siens

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Menoua, avec pour mot(s)-clé(s) : Dschang, Défilé, Éducation, Covid-19, Unité nationale, 20 Mai, Patriotisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien